Glorious Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Glorious Avis critique du film & résumé du film (2022)

Les allers-retours entre ces deux personnages, et entre la réalité et la fantaisie, constituent la majorité du film d’horreur sombrement comique de la réalisatrice Rebakah McKendry. Mais même à 79 minutes (générique compris), « Glorious » ressemble à une idée intrigante qui a été étirée pour durer. Le scénario étrange et plein d’esprit du mari de McKendry, David Ian McKendry, avec Joshua Hall et Todd Rigney, aurait peut-être été plus percutant en tant que court métrage ou épisode d’une série de type « Twilight Zone ». Mais les performances dans ce qui est essentiellement un jeu à deux mains restent intrigantes, et vous ne pourrez jamais prédire où va cette histoire.

Ryan Kwanten joue le rôle de Wes échevelé d’âge moyen, qui s’arrête dans une aire de repos tranquille dans les bois pour éviter de somnoler pendant un road trip de jour. Sa voiture est bourrée de ses affaires, dont un ours en peluche et une mystérieuse boîte rouge. Au cours de la nuit, il y restera, brûlant tout ce qu’il possède dans une rage ivre. Quand il se réveille le lendemain matin, la gueule de bois et sans pantalon, il titube dans la salle de bain pour vomir, seulement pour être dérangé par le son d’une voix amicale venant de la cabine adjacente. Il appartient à JK Simmons, et il dit que son nom est Ghat. Leurs plaisanteries sont ludiques au début, ce qui est surréaliste compte tenu du cadre sordide. Simmons, que nous entendons mais ne voyons jamais, utilise toute la gamme de sa riche résonance. Il est gentil et curieux, même un peu hokey dans son humour, jusqu’à ce qu’il devienne plus sinistre et insistant. Et il nous laisse deviner avec Wes : est-ce une vraie personne ? Une hallucination en état d’ébriété ? Le diable lui-même ?

Kwanten, quant à lui, est chargé de développer ce personnage tout en agissant essentiellement seul dans un espace exigu, et il relève ce défi physique et émotionnel. Nous savons que Wes est nécessiteux et instable, mais il doit également garder un certain mystère. Et voici la partie délicate de ces films à un seul endroit : comment développer un personnage dans un cadre aussi limité. Des thrillers maigres et méchants comme « The Shallows » ou le récent « Fall » fournissent juste assez d’histoire pour établir les capacités de leurs héroïnes et expliquer leurs compétences de survie. Le problème avec « Glorious », c’est qu’il n’y a pas grand-chose pour Wes, malgré quelques flashbacks, et il ne peut pas y en avoir jusqu’à la toute fin. Cela rend difficile pour nous de nous soucier de savoir s’il sort vivant de la salle de bain – ou du moins avec sa santé mentale intacte. Et la mythologie de Ghat, bien que dense, n’est pas si intéressante.

★★★★★

A lire également