Where the Crawdads Sing Avis critique du film (2022)

Actualités > Where the Crawdads Sing Avis critique du film (2022)

Mais le résultat de sa prémisse pulpeuse est un film étonnamment inerte. La réalisatrice Olivia Newman, travaillant à partir d’un scénario de Lucy Alibar, oscille sans trop d’élan entre le procès pour meurtre d’une jeune femme et les souvenirs de son enfance mouvementée dans les années 1950 et 1960 en Caroline du Nord. (Alibar a également écrit « Beasts of the Southern Wild », auquel « Where the Crawdads Sing » ressemble un peu à l’histoire de la survie d’une petite fille ingénieuse dans un cadre sordide et marécageux.)

Il est tellement chargé d’intrigue qu’il finit par se sentir superficiel, rendant les révélations majeures comme des réflexions précipitées après coup. Pour un film sur une femme courageuse qui a grandi dans la nature, vivant selon ses propres règles, « Where the Crawdads Sing » est exceptionnellement tiède et retenu. Et à part la performance multicouche de Daisy Edgar-Jones en tant que personnage central, les personnages n’évoluent jamais au-delà d’un trait de base ou deux.

Nous commençons en octobre 1969 dans les marais de la fiction Barkley Cove, en Caroline du Nord, où deux garçons tombent sur un cadavre gisant dans la boue. Il s’avère être Chase Andrews, un gros poisson populaire dans ce petit étang insulaire. Et Kya d’Edgar-Jones, avec qui il avait eu un enchevêtrement romantique improbable, devient le principal suspect. Elle est une cible facile, ayant longtemps été ostracisée et vilipendée en tant que The Marsh Girl – ou lorsque les citadins se sentent particulièrement moqueurs envers elle, That Marsh Girl. Des flashbacks révèlent les abus qu’elle et sa famille ont subis de la part de son père instable et alcoolique (Garret Dillahunt, déchirant en quelques scènes seulement), et l’abandon ultérieur qu’elle a enduré alors que tout le monde la quittait, un par un, pour se débrouiller seule… à commencer par sa mère. Ces premières sections vives sont les plus puissantes sur le plan émotionnel, Jojo Regina donnant une performance impressionnante et exigeante dans son premier grand rôle au cinéma en tant que Kya, huit ans.

Alors qu’elle grandit dans son adolescence et au début de la vingtaine et qu’Edgar-Jones prend le relais, deux jeunes hommes très différents façonnent ses années de formation. Il y a la trop belle pour être vraie Tate (Taylor John Smith), une amie d’enfance qui lui apprend à lire et à écrire et devient son premier amour. (« Il y avait quelque chose à propos de ce garçon qui a atténué la tension dans ma poitrine », raconte Kya, l’un des nombreux exemples maladroits de transfert des mots d’Owens d’une page à l’autre.) Et plus tard, il y a l’arrogant et intimidant Chase (Harris Dickinson), qui est évidemment une mauvaise nouvelle depuis le début, quelque chose que la recluse Kya est incapable de reconnaître.

★★★★★

A lire également