SXSW 2022: Slash/Back, Soft & Quiet, Nika | Festivals & Awards

Actualités > SXSW 2022: Slash/Back, Soft & Quiet, Nika | Festivals & Awards

Situé dans le petit hameau arctique de Pangnirtung, au Nunavut, le jour le plus long de l’année où le soleil ne se couche pas pendant 24 heures, la scénariste-réalisatrice Nyla Innuksuk exploite son expérience personnelle pour créer un passage à l’âge adulte avec une touche d’invasion extraterrestre . Co-écrit avec Ryan Cavan, « Slash/Retour » suit un groupe d’adolescentes rebelles acceptant leurs propres identités indigènes tout en combattant de mystérieuses créatures qui changent de forme pendant que leurs parents célèbrent le solstice.

Au centre du groupe se trouve Maika (une impertinente Tasiana Shirley), dont la honte intériorisée à propos de son indigénéité se manifeste en ne répondant qu’en anglais à ses parents qui parlent l’inuktitut et en tournant le nez sur l’histoire de sa famille en tant que chasseurs. Plus intéressée à obtenir des minutes sur son téléphone portable et une invitation à la fête du garçon le plus mignon de l’école, elle néglige sa petite sœur Aju (Frankie Vincent-Wolfe) et se bat avec son meilleur ami Uki (le dur à cuire Nalajoss Ellsworth ). Lorsque les filles découvrent l’invasion extraterrestre imminente, Maika apprend que les compétences de survie traditionnelles de sa communauté pourraient être la seule chose qui puisse sauver sa maison.

Tourné sur place avec des équipes locales, le directeur de la photographie Guy Godfree capture la neige brutale de l’Arctique avec des contrastes saisissants soulignant à quel point Pangnirtung est vraiment isolé. En combinant des éléments de « The Thing » de John Carpenter avec des histoires d’Ijiraq, des créatures métamorphosées censées kidnapper des enfants, Innuksuk nous rappelle que de nombreuses histoires d’horreur populaires ont aussi des racines indigènes. Alors que les créatures lo-fi CGI révèlent le petit budget du film, cela compense largement avec des séquences de combat vraiment noueuses dans la moitié arrière. Les filles de Pang donnent vraiment du fil à retordre, et j’ai hâte de voir ce que va faire Innuksuk ensuite.

Le drame à petit budget similaire « Doux & Silencieux » de la scénariste-réalisatrice Beth de Araújo s’attaque à ses contraintes budgétaires en gardant des lieux minimaux et une distribution d’ensemble serrée. Tourné sur quatre jours du début à la fin pour garder la sensation de temps réel, le film suit une soirée dans la vie d’Emily (une énervante Stefanie Estes), une enseignante de maternelle qui donne le coup d’envoi de la première réunion d’un groupe de suprémiscistes blancs appelé Daughters of Unité aryenne.

Les femmes du groupe couvrent toute la gamme de la rhétorique de la suprématie blanche. Emily est obsédée par le respect qu’elle estime mériter en tant que femme blanche pure. La mère et propriétaire du magasin Kim (Dana Millican) n’a aucun problème à laisser tomber le mot n dans une conversation informelle. Récemment libérée de prison, Leslie (une Olivia Luccardi effrayante) veut juste la stabilité d’un groupe qui lui dit quoi faire. Lentement, les plaisanteries d’un groupe de femmes typiques se transforment en discussions acides sur la supériorité des États ethniques sur le multiculturalisme, les emplois volés par les immigrants, les vertus d’être féminines sur féministes, et plus encore. Lorsque l’action se déplace vers le magasin de Kim, une altercation avec deux sœurs asiatiques métisses Lily (Cissy Ly) et Ann (Melissa Paulo), toute la nuit prend une tournure très sombre.

★★★★★

A lire également