Vikings: Valhalla Offers an Entertaining Escape from Winter Blues | TV/Streaming

Actualités > Vikings: Valhalla Offers an Entertaining Escape from Winter Blues | TV/Streaming

« Vikings » était un massif hit pour History Channel, un réseau câblé pas exactement connu pour ses grosses audiences. La première de la série en 2013 a attiré six millions de téléspectateurs, ce qui est un nombre fou d’hier et d’aujourd’hui. Les gens aiment l’action historique, et nous sommes depuis longtemps fascinés par l’ère des Vikings, même si certains faits et représentations dans « Vikings » ont irrité les experts. Après cinq saisons et demie sur History, la seconde moitié de l’ultime saison a atterri fin 2020 sur Amazon Prime Video. Maintenant, un peu plus d’un an plus tard, l’entreprise navigue vers Netflix pour «Vikings: Valhalla», faisant un bond en avant de 100 ans mais conservant une esthétique similaire de tribus en guerre et de familles combattantes (avec un peu moins de mysticisme).

Créé et écrit par Jeb Stuart (une centrale électrique des années 80/90 avec des crédits comme «Die Hard» et «The Fugitive»), «Vikings: Valhalla» reprend un siècle après la série originale, retraçant l’arc de certains des plus des noms célèbres de l’histoire nordique, dont Leif Erikson, Olaf Haraldsson et Freydís Eiríksdóttir. Je ne peux pas parler de la véracité historique de « Valhalla » (bien que je sois sûr que d’autres le feront), mais la série donne l’impression de jouer avec de vraies figures plus que d’essayer d’enseigner aux téléspectateurs leur vie réelle, existant quelque part entre la réalité et Viking fan-fic. Il ne se prend pas trop au sérieux intelligemment, forgeant des caractères au lieu de se soucier de coller au texte.

« Vikings : Valhalla » s’ouvre sur les arrivées d’Erikson (le charismatique Sam Corlett) et de sa sœur Freydis (l’excellente Frida Gustavsson) en Norvège, naviguant dans des eaux incroyablement agitées pour y arriver depuis le Groenland. Cela les place comme des étrangers aux étrangers, des alliés des Vikings avec lesquels ils combattront mais aussi d’un autre pays. Ils viennent d’un peuple qui s’aligne plus sur les dieux d’autrefois que sur les chrétiens de Scandinavie, dont Harald Hardrada (la future star Leo Suter), qui envisage de venger la mort de son père contre les Britanniques. Le roi a ordonné le meurtre des Vikings, et une grande partie de la première saison est consacrée à la vengeance, à la fois à grande échelle et personnelle.

★★★★★

A lire également