The Valet Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > The Valet Avis critique du film & résumé du film (2022)

Antonio (Eugenio Derbez) travaille comme valet de chambre et vit dans un petit appartement avec sa mère (la regrettée et grande Carmen Salinas). Antonio est séparé de sa femme, mais il considère la séparation comme temporaire. Cependant, elle est passée à autre chose et sort avec un agent immobilier de renom. Il y a d’autres personnages dans le monde occupé d’Antonio : ses proches, ses collègues, ses neveux et nièces, et le nouveau petit ami de sa mère. C’est une famille très proche. Pendant ce temps, dans un monde complètement différent, la star de cinéma Olivia Allen (Samara Weaving) est surprise par les paparazzi avec le milliardaire marié Vincent Royce (Max Greenfield). Un scandale éclate, menaçant son accord commercial et la première de son prochain film « Earhart ». Sans le vouloir, Antonio – dans son uniforme de valet – est à l’arrière-plan de la photo du tabloïd, alors Vincent propose un plan. Ils paieront le valet sur la photo pour être le petit ami d’Olivia pendant un certain temps, pour prouver qu’Olive n’était pas sortie avec Vincent, elle était sortie avec l’autre gars (un valet d’âge moyen assez âgé pour être son père).

Antonio, n’ayant aucune idée de ce dans quoi il s’embarque, accepte de prendre le concert. Ils lui offrent beaucoup d’argent ! De l’argent comme ça pourrait l’aider à récupérer sa femme. Olivia, qui a été vue en train de réprimander sa pauvre assistante Amanda (Tiana Okoye), et faisant généralement preuve d’un mauvais comportement et de manières épouvantables, se soumet à tout cela comme si elle était conduite au bûcher. Olivia et Antonio sortent déjeuner ensemble, à la vue des paparazzis, et il assiste également à la première du film. Antonio est un poisson hors de l’eau. Olivia n’a aucune compétence en relations humaines. En coulisses, les complications se multiplient. La femme de Vincent (Betsy Brandt) n’est pas une victime en larmes. Elle est convaincue que la relation avec le valet est une imposture, alors elle engage un détective privé pour suivre le « couple ». Vincent a fait la même chose. Ces deux détectives – joués par Ravi Patel et John Pirruccello – travaillant pour des camps séparés, finissent par unir leurs forces, et le leur est l’un des arcs relationnels les plus intéressants de ce film rempli d’arcs relationnels.

« Le Valet » est un remake d’une comédie française du même nom de 2006. Rob Greenberg et Bob Fisher viennent à ce projet avec des années d’expérience dans la comédie, individuellement et ensemble, ayant écrit pour « Frasier », « Married with Children », « The Moody’s », etc. Fisher a écrit « Wedding Crashers ». Les deux se sont associés pour écrire « Overboard », le remake de 2018 de la comédie de 1987 (avec également Derbez). Leurs côtelettes comiques sont apparentes dans « The Valet ». La « situation » comique d’une star de cinéma faisant semblant de sortir avec un valet ne donne pas beaucoup de fruits. Ce n’est pas, disons, « La proposition », où chaque scène repose sur le vaste prétexte que ces deux personnes improbables sont maintenant fiancées. « The Valet » oublie pendant de longues périodes qu’il y a même un semblant. Certaines des scènes, où Olivia et Antonio sont obligés de se connaître, rappellent « Notting Hill », où la star de cinéma de Julia Roberts, habituée à l’air raréfié, traîne avec de « vraies » personnes et se délecte de la normalité. Olivia rencontre la famille d’Antonio et ils la font entrer dans leur cercle. Toujours de la place pour un de plus. La question de la « chimie », romantique ou autre, n’est pas sur la table dans « The Valet ». Personne ne risque de tomber amoureux de la fausse personne dans le faux scénario. Mais quelque chose de profond émerge, et cela arrive presque furtivement.

★★★★★

A lire également