The Pursuit of Love Avis critique du film (2021)

Actualités > The Pursuit of Love Avis critique du film (2021)

Commençant en 1941 avant de revenir à 1927 et d’avancer linéairement, « The Pursuit of Love » suit les cousines Fanny Logan (Emily Beecham) et Linda Radlett (Lily James). Fanny est la fille unique du Bolter (Mortimer), une femme qui l’a quittée pour être élevée par sa tante Emily (Annabel Mullion) tandis que le Bolter a plongé dans une série de relations. Profondément blessée par l’abandon de sa mère, Fanny devient une jeune femme pragmatique et logique. Chaque Noël, Fanny rend visite à Linda au manoir de sa famille Alconleigh dans la campagne anglaise. Alconleigh est dirigé par le père tyrannique de Linda, Matthew (Dominic West), dont la haine des étrangers et le refus de laisser ses enfants – en particulier ses filles – être éduqués ont inspiré à Linda une nature passionnément émotive et un désir désespéré de grandir et de quitter sa famille. .

Chaque épisode de « The Pursuit of Love » suit les cousins ​​alors qu’ils tentent de naviguer en attendant l’âge adulte, et leur routine devient Linda tombant amoureuse d’un homme, décidant qu’elle est amoureuse, laissant Fanny avec lui, puis réalisant qu’elle ne l’a pas fait. trouvé le bonheur du tout. « C’était une créature sauvage et nerveuse, pleine de passion et de nostalgie », dit Fanny (qui sert de narrateur à la série) à propos de Linda, et Linda se lance de tout son cœur dans une relation après l’autre. Chaque homme ouvre une fenêtre sur un monde différent : Tony Kroesig (Freddie Fox), un étudiant d’Oxford, fils de banquier et futur membre de la Chambre des Lords ; Christian Talbot (James Frecheville), communiste avoué et allié des ouvriers, en particulier de ceux qui se sont soulevés pendant la guerre civile espagnole ; et le duc Fabrice de Sauveterre (Assaad Bouab), un riche Français dont l’appréciation de la mode et de l’art est contrebalancée par son implication dans la Résistance française.

Alors que Linda se déplace spontanément à travers le monde, Fanny reste sur place et s’inquiète ; une grande partie de la tension de « The Pursuit of Love » vient de ce déséquilibre. Les arcs des personnages secondaires tournent également autour de Linda : le hargneux Matthew, que West dépeint avec tour à tour une absurdité hilarante (« Linda, tu n’es pas éduquée, Dieu merci ») et une rage troublante ; L’oncle inquiet de Fanny, Davey (John Heffernan), dont le large sourire dément sa conscience de la ruine sociale à laquelle Fanny est confrontée si elle acquiert une certaine réputation; et le voisin des Radlett, Lord Merlin (Andrew Scott), un «jeune homme brillant» dont les qualités excentriques (des pigeons mourants aux couleurs vives, laissant un cheval errer dans sa maison) vont de pair avec sa conviction que les règles de la société soumettent souvent les femmes. Heffernan et Scott (le MVP qui couve de cette mini-série) sont particulièrement bien ensemble, et leurs personnages offrent les deux faces de la pièce de monnaie du « gentil riche ». Une scène au cours de laquelle Davey et Merlin échangent des observations sournoises sur la richesse de leurs pairs et se dissolvent dans le rire au sujet des souvenirs de galoping autour de l’Europe ensemble est un point culminant absolu et un indicateur de ce que « La poursuite de l’amour » aurait pu utiliser davantage: sardonique conscience de soi pour équilibrer tant de sincérité mélasse.

★★★★★

A lire également