homepage_carrie-coon-3935461-7408785-jpg

The Gilded Age Sends Downton Abbey To the Past and Across the Pond | TV/Streaming

Actualités > The Gilded Age Sends Downton Abbey To the Past and Across the Pond | TV/Streaming

Mais « The Gilded Age » est surtout intéressé à explorer le statut de Marian en tant que fenêtre sur les deux mondes, ce qui n’est pas aussi excitant qu’on pourrait l’espérer. Jacobson injecte une naïveté bienvenue dans le rôle, bien sûr, et sa dynamique avec Peggy est agréablement consciente des divisions raciales tacites entre eux. (Dans un épisode, elle rend une visite surprise à la maison de Peggy dans le quartier majoritairement noir de Brooklyn pour faire don de vieilles chaussures, seulement pour apprendre que sa présomption que la famille de Peggy était pauvre était erronée.) Benton, pour sa part, brille quand elle est autorisée à occuper le devant de la scène en dehors d’un regard blanc; ses scènes avec ses parents riches (y compris la toujours lumineuse Audra MacDonald) et un journaliste noir intéressé par ses histoires sont parmi les plus intrigantes de la série. Pour une Amérique en train de s’élever vers la prospérité, ce sont les moments qui se rapprochent de la reconnaissance que le privilège n’est pas accordé à certains.

Mais pour sa distribution et sa présentation impeccables, « The Gilded Age » mord parfois plus qu’il ne peut mâcher. Les scènes individuelles brillent, mais le rythme est plutôt incohérent et les principales intrigues secondaires semblent aller et venir en arrière-plan avec peu de fanfare. Quelques épisodes dans, les machinations sournoises de George entraînent une calamité pour un échevin dont il avait besoin de payer la facture; à part quelques mots forts de sa femme à Bertha, cela n’entre guère dans l’histoire globale. Beaucoup de personnages plus jeunes dérivent en arrière-plan, de la fille sage de Russell (Taissa Farmiga) au fils dandy d’Agnes, Oscar (Blake Ritson), dont l’histoire d’amour gay clandestine est la plus épicée de la série. Il y a même une ancienne histoire de Roméo et Juliette alors que Marian commence à passer du temps avec le fils collégial des Russell, Larry (Harry Richardson), mais il s’enregistre à peine en tant que personnage.

Pourtant, beaucoup de poulets narratifs doivent encore se percher, et il y a suffisamment de délices éphémères dans « The Gilded Age » pour que cela vaille la peine d’être jeté un premier coup d’œil. Baranski ronronne toujours des mots d’esprit secs avec les meilleurs d’entre eux (« Tu vas être ravie ! » Nixon gazouille vers elle ; sa réponse cinglante ? « Je n’ai pas été ravie depuis 1865. »). Le regard glacial de Coon laisse présager des calculs sociaux trop sournois pour être envisagés. De plus, il y a un Cocker Spaniel nommé Pumpkin, donc ça ne peut pas être si mal.

Pour le meilleur ou pour le pire, « The Gilded Age » porte toutes les forces et les faiblesses de « Downton Abbey » dans un milieu yankee. C’est magnifique et magnifiquement mis en scène, avec tout l’apparat réconfortant que permet son cadre d’époque. Et Fellowes semble plus prêt à critiquer ouvertement les divisions de classe et de race de l’Amérique qu’il ne l’était dans sa nostalgie ensoleillée de l’Angleterre du roi George. Mais pouvez-vous vraiment critiquer à ce point les forces qui ont construit une richesse aussi ostentatoire lorsque vous montrez que la richesse fait partie de l’attrait ? Le temps nous dira si l’expérience transatlantique de Fellowes fonctionnera, ou si ce genre de formule Merchant-Ivory a finalement suivi son cours.

L’âge d’or sera diffusé sur HBO le 24 janvier. Les cinq premiers épisodes ont été projetés pour examen.

★★★★★

A lire également