Cannes 2021: Rehana Maryam Noor, Evolution, The Story of Film: A New Generation | Festivals & Awards

Actualités > Cannes 2021: Rehana Maryam Noor, Evolution, The Story of Film: A New Generation | Festivals & Awards

Le meilleur des trois est le puissant d’Abdullah Mohammad Saad « Rehana Maryam Noor », un exercice d’artisanat et de POV limité auquel Azmeri Haque Badhon a donné un noyau émotionnel fort en tant que personnage principal. Professeur assistant dans une faculté de médecine et mère célibataire d’une ravissante jeune fille nommée Emu (Afia Jahin Jaima, donnant une performance incroyablement naturelle), Rehana est une maîtresse de tâche même si son supérieur (Kazi Sami Hassan) l’encourage à laisser quelques petits affronts slide lorsqu’il s’agit de gérer ses élèves. Une nuit, Rehana reste tard à l’école lorsqu’elle entend une jeune femme se faire agresser dans le bureau de son supérieur voisin. Une étudiante nommée Annie (Afia Tabassum Borno) émerge, sachant que Rehana est au courant de ce qui vient de se passer, mais elle refuse les supplications de son professeur de signaler l’agression. Rehana ne peut pas lâcher prise, devenant de plus en plus obsédée par ce qu’elle sait, rongée par l’idée qu’un crime horrible pourrait rester impuni.

« Rehana Maryam Noor » est une étude fascinante sur la façon dont nous définissons l’alliance et à quel point il est facile pour les méchants de continuer sans contrôle. La vérité est que la vie d’Annie sera détruite si elle porte plainte contre son professeur – tout ce pour quoi elle a travaillé dans sa dure éducation est jeté. Elle ne veut naturellement pas que cela se produise, et Rehana élabore donc un plan ingénieux. Elle dira à ses supérieurs que c’est elle, et non Annie, qui a été violée. Alors que Rehana creuse plus profondément et devient plus téméraire, le film de Saad devient presque un thriller. Il emploie une caméra instable, toujours en mouvement et en déplacement, reflétant l’incertitude sur ce qui se passe, tant de la part du spectateur que du protagoniste.

Saad nous enferme également brillamment dans le POV de son personnage principal, la plaçant non seulement dans chaque scène, mais ne quittant jamais les bureaux, les salles de classe et les couloirs de l’hôpital. Le cadre ajoute à la claustrophobie, encore renforcée par une palette de couleurs bleues saisissantes. Nous voyons souvent Rehana à travers les fenêtres et se refléter sur des surfaces, comme si elle se transformait en quelque chose de moins qu’en trois dimensions dans ce scénario de cauchemar, se fondant dans un système qui nie la justice. Après une scène intense vers l’heure où Rehana prend des mesures contre un étudiant, le film se retire en quelque sorte juste au moment où il devrait avancer, mais une scène finale fait écho à la première d’une manière très enrichissante. Premier film bangladais à Cannes, c’est à surveiller lorsqu’il sort de la Croisette.

★★★★★

A lire également