Station 11 - Avis

Station Eleven : Avis critique et résumé de la série

Actualités > Station Eleven : Avis critique et résumé de la série

A propos de Station Eleven

Station Eleven est une minisérie de fiction dystopique post-apocalyptique américaine créée par Patrick Somerville d’après le roman du même nom publié en 2014 par Emily St. John Mandel.

Resumé de la série

Vingt ans après qu’une pandémie de grippe ait entraîné l’effondrement de la civilisation, un groupe de survivants qui gagnent leur vie en tant qu’artistes itinérants rencontre une secte violente dirigée par un homme dont le passé est lié sans le savoir à un membre de la troupe.

Avis sur la série

Station Eleven, c’est une histoire d’interprètes, une célébrité qui influence un plus jeune, qui décide alors que l’art ne peut pas être perdu même si la civilisation s’effondre. C’est aussi une histoire d’actes de gentillesse, ce qui en fait son thème le plus émouvant. L’un des personnages masculins principaux, interprété par Himesh Patel, Jeevan est le premier homme à se porter volontaire lorsqu’il sent qu’une autre personne est en difficulté, et cette décision change la vie de tant de gens, mettant vraiment toute l’histoire en mouvement.

Une très belle représentation de l’altruisme

Je suis un adepte des histoires montrant un acte altruiste déclenchant un effet papillon dans la vie des autres, et quand j’ai considéré cet aspect de Station Eleven, après la scène finale incroyablement émouvante, j’ai été tellement impressionné par la façon dont ce voyage avait été conçu. C’est la première série, depuis la fin de The Leftovers qui me rappelle ce chef-d’œuvre, une autre série sur la perte et les liens humains, et ce que je considère comme étant l’une des meilleures séries dramatiques de tous les temps. (Il convient de noter que Somerville était un écrivain sur The Leftovers, donc l’influence n’est pas fortuite.)

Une production charmante et imprévisible

Comme The Leftovers, Station Eleven peut aussi être charmante et imprévisible. On y trouve un sens de l’humour sombre et inattendu. La série trouve un parfait équilibre entre des scènes d’émotion mélodramatiques avec des moments plus surréalistes d’intrigues inattendues. De plus, les performances des acteurs sont très bonnes. Davis trouve en quelque sorte un moyen de refléter à la fois la voix de la raison qu’est devenue Kirsten et la petite fille qui n’est jamais rentrée chez elle après la mort de son amie devant elle.

A propos des performances des acteurs dans Station Eleven

Patel est tout aussi subtil en ce sens qu’il aurait pu surjouer le rôle du héros avec Jeevan, mais il apparaît comme un homme simple, un être tangible, surtout dans les derniers épisodes. Il est juste le gars qui sait apprécier l’instant présent et ne se rend même pas compte que tant de gens ne le font pas. Wilmot est un interprète naturel et charismatique. Bernal et Deadwyler n’ont que peu de scènes par rapport aux autres, mais ils en profitent au maximum.

Daniel Zovatto joue un personnage mystérieux qui se fait appeler Le Prophète : il s’agit d’un commentaire pertinent sur la façon dont un traumatisme peut former une personnalité destructrice. Enfin, de petits rôles sont remplis avec brio par des acteurs dynamiques comme David Cross, Lori Petty, Enrico Colantoni et Timothy Simons, entre autres. J’ai adoré chaque performance.

Conclusion sur Station Eleven

Station Eleven pourrait être difficile à regarder pour certaines personnes en ce moment, en particulier celles qui ont fait face à la perte d’un être cher au cours des deux dernières années, mais il y a aussi un courant d’espoir incroyablement émouvant qui traverse cette production. La perte remodèle le monde, mais elle ne l’empêche pas de tourner.

★★★★★

A lire également