The First Lady Fails to Escape Shadow of History | TV/Streaming

Actualités > The First Lady Fails to Escape Shadow of History | TV/Streaming

N’importe laquelle de ces histoires, avec le même casting, aurait pu constituer une mini-série intéressante, mais le choix de les mélanger dans un drame qui saute chronologiquement plus que « Tenet » est déconcertant. Le résultat est une émission qui semble trop constamment superficielle, mettant en évidence les faits saillants de la vie de ses sujets au lieu de révéler comment un incident a eu un impact sur un autre ou comment ces personnes ont grandi ou changé une fois qu’elles étaient aux yeux du public. Il est trop content de nous dire principalement ce que nous savons déjà sur trois des premières dames les plus connues de l’histoire – une meilleure version aurait essayé de donner vie à des histoires moins racontées – même si les performances toujours solides la rendent regardable.

Aaron Cooley a créé « The First Lady », qui mélange la vie d’Eleanor Roosevelt (Gillian Anderson), Betty Ford (MVP de la série Michelle Pfeiffer) et Michelle Obama (Viola Davis). La série s’ouvre sur une photographe avec son objectif sur Obama, disant « Je ne veux pas simplement peindre l’officiel, je m’intéresse au réel », ce qui rend évident le but de la série. Ce sera la « vraie » histoire de ces personnages célèbres, mais le dialogue le trahit dès le début. L’écriture superficielle fait dire à Michelle des choses comme « Je ne pense pas que toutes les femmes puissent s’adapter à ce type de vie » dès le début. « La Première Dame » fait constamment cela, soulignant les difficultés rencontrées par son trio d’acteurs puissants au lieu de leur permettre de jouer. C’est une émission dans laquelle les gens expriment trop souvent exactement ce qu’ils pensent et ressentent de manière à s’assurer que tous les téléspectateurs comprennent à plusieurs reprises, en particulier les électeurs des Emmy.

L’écriture essaie souvent de lier des incidents dans la vie des trois femmes, mais s’en éloigne ensuite par une tentative plus noble de les laisser être leur propre peuple. Par exemple, le deuxième épisode détaille comment Roosevelt était frustré de ne pas avoir reçu de poste au Cabinet et Obama a fait face à un drame similaire lorsqu’elle a été repoussée sur un projet de jardin au lieu de quelque chose qui correspondait à son intelligence. Quiconque ayant une connaissance superficielle de l’histoire sait que les premières dames ont souvent été écartées, même celles aussi brillantes que Roosevelt et Obama, et cela semble donc être un lien superficiel. De même, le troisième épisode se déroule entièrement en flashback et raconte les parades nuptiales qui les ont conduits aux mariages qui les définiraient en partie, mais il est trop autodestructeur de lier à nouveau ces dames à la façon dont elles ont rencontré leurs maris.

★★★★★

A lire également