Spiderhead Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Spiderhead Avis critique du film & résumé du film (2022)

« Spiderhead » imagine un autre type de système carcéral, avec une politique de la porte ouverte qui permet aux incarcérés d’avoir leur sens de soi, de cuisiner pour eux-mêmes, de s’entraîner quand ils le souhaitent. Ce qu’ils sacrifient comme punition, c’est leur chimie cérébrale pour la science, qui est jouée par Steve Abnesti (Chris Hemsworth), suivant les ordres d’un comité de protocole espérant résoudre les problèmes du monde grâce à des dosages. Le prisonnier a le libre arbitre de prendre une dose expérimentale – approuvée en disant « Reconnaître » – et peut être confronté à la haine de soi de « Darkenfloxx » ou à l’immense besoin de rire de « Laffodil ». Si Abnesti a besoin d’eux pour exprimer ce qu’ils pensent, il augmente la dose (via une application pour smartphone) sur « Verbaluce ». Ce sont des noms étranges (de la nouvelle de George Saunders Échapper à Spiderheadun récit à la première personne qui s’épanouit en jetant ces mots avec désinvolture), et il est vraiment étrange de voir Hemsworth jouer ce type.

Un bon effet secondaire de « Spiderhead » est que les performances peuvent avoir leur propre puissance, mais pas quand on leur donne un certain dosage. Miles Teller et Jurnee Smollett, deux des principaux prisonniers, donnent des performances sûres en tant que Jeff et Lizzie, respectivement. La prison leur a donné une chance de se pardonner, car les deux sont ici en raison d’horribles cas d’homicide involontaire. C’est drôle, mais révéler comment les scènes de dosage du film, ces simulations qu’ils donnent vie en criant, en se tordant sur le canapé et en feignant parfois le suicide, vous laissent froid. L’acte littéral d’Abnesti les tournant de différentes manières devient presque une vanité d’un film qui lui-même force son pouvoir, sa vague raison d’exister.

Basé sur la nouvelle de Saunders mais doté d’une puanteur distincte par les scénaristes auto-amusés de « Deadpool » Rhett Rheese et Paul Wernick, « Spiderhead » s’efforce d’obtenir une bizarrerie inquiétante. Abnesti n’est pas votre génie maléfique moyen, ni Spiderhead votre pénitencier moyen, et ce n’est pas votre thriller de science-fiction bavard habituel. Même le générique d’ouverture et de clôture est griffonné de rayures de poulet rose, accompagné d’une chanson enjouée de Supertramp qui lance une bande-son qui va ouvertement entre George Benson, Chuck Mangione et Hall & Oates. Mais tout ce dont « Spiderhead » rit ou essaie de se faufiler à l’intérieur de son drame, ne brille pas assez. Le film peut être tellement en arrière que même son rôle principal peut sembler déplacé – il est d’abord intéressant de voir Hemsworth jouer quelqu’un d’aussi désarmant que manipulateur, mais il devient une expression brutale des déclarations limitées du film sur la science, le pouvoir, le contrôle . Il plaide plus fermement en faveur d’une refonte, pour quelqu’un qui ne se contente pas de reprendre le trope du « scientifique en vogue portant des lunettes ».

★★★★★

A lire également