Speak No Evil

Actualités > Speak No Evil

Pour dissiper la tension qui a presque ruiné leur amitié apparemment florissante, Bjørn (Morten Burian) et Patrick (Fedja van Huêt) se dirigent vers un paysage vide où ils libèrent leur agressivité refoulée en criant à plein volume. Libéré, Bjørn pense que le rituel animal les a liés, mais en vérité, cette sortie est le début de la fin.

Et bien que les indices d’une horreur imminente émergent bien avant cet épisode de camaraderie – signalé par la partition orchestrale troublante de Sune Kølster dès les premières images – rien ne peut pleinement vous préparer aux épouvantables endroits sombres vers lesquels « Speak No Evil » se dirige.

De l’acteur danois devenu réalisateur Christian Tafdrup, qui a co-écrit le scénario avec son frère Mads Tafdrup, ce récit édifiant brillamment sombre sur le fait de laisser les autres franchir ses frontières par souci de civilité évoque à la fois l’anxiété masculine de « Force Majeure » du réalisateur suédois Ruben Östlund » et la malveillance des « Funny Games » de Michael Haneke.

Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois des mois auparavant en Toscane alors qu’ils étaient en vacances avec leurs familles respectives. Lors de l’une de leurs premières rencontres, Patrick, un charmeur hollandais robuste, fait bonne impression lorsqu’il complimente sans ironie Bjørn, du Danemark, pour son héroïsme. L’exploit du Danois : retrouver un lapin en peluche qui appartient à sa fille Agnès (Liva Forsberg). Avec un coup de pouce d’ego d’un homme qu’il respecte immédiatement, un sourire de merde traverse le visage de Bjørn.

Attiré par l’assurance nonchalante de Patrick, Bjørn développe une attirance platonique. Victime insatisfaite des conventions sociétales qui respecte toujours les règles, l’agréable père et mari danois trouve en Patrick un modèle de masculinité affirmée qui fait ce qu’il veut et s’exprime sans retenue. Même de retour chez lui à Copenhague, Bjørn reste incapable de se débarrasser du désir inexprimé de laisser derrière lui la passivité que son nouveau copain a éveillé en lui.

Le fait que l’infiltration subliminale de Patrick dans la psyché réceptive de Bjørn se produise via des remarques discrètes et des tactiques d’éclairage au gaz, mais jamais un dialogue évident, témoigne de l’agilité exceptionnelle de l’écriture des Tafdrups. L’insidiosité toxique ne fait que croître en impact plus ils passent de temps ensemble après qu’un Bjørn enthousiaste ait accepté l’invitation de Patrick à leur rendre visite dans la campagne néerlandaise, malgré l’hésitation initiale de sa femme Louise (Sidsel Siem Koch).

Comme à l’ordinaire, le clan danois renoue avec Patrick, sa pétillante épouse Karin (Karina Smulders) et leur jeune fils Abel (Marius Damslev), né avec une maladie qui l’empêche de parler. Puisque Tafdrup et le directeur de la photographie Erik Molberg Hansen filment les interactions au sein de la maison avec l’éclairage naturel discret semblable à un drame social réaliste, on pourrait parfois oublier le genre. Il n’y a pas de panique ici, juste des silences gênants et des regards révélateurs.

Presque immédiatement, la tolérance du Danois au manque de respect est mise à l’épreuve. Premièrement, Patrick feignant d’ignorer le régime végétarien de Louise et Karin exigeant qu’Agnès dorme dans la même chambre qu’Abel. Mais rien de ce que font les hôtes ne peut être décrit comme ouvertement agressif ou offensant, au départ. Et ce déni plausible de malveillance persuade les Danois de s’abstenir de les interroger ou de partir carrément. De peur de blesser les sentiments de l’autre partie ou d’être perçus comme grossiers, ils acceptent le traitement comme conséquence d’un clivage culturel.

Piégés dans la dynamique de la politesse – en partie pour la raison pour laquelle ils ont même accepté de rendre visite à des étrangers dans un autre pays – Bjørn et Louise se sentent impuissants alors qu’ils subissent encore plus d’offenses qui franchissent sans équivoque la ligne. Et pourtant, ils choisissent de rester parce que la guerre mentale de Patrick et Karin cible leur malaise face à la confrontation. Et même si nous, le spectateur, pouvons nous sentir frustrés par leurs décisions, il est impossible de ne pas se demander à quel point on tolérerait avant de réagir dans des circonstances ambiguës.

Le verset biblique dont le film tire son titre comprend également le mandat « soyez doux et poli envers tout le monde ». Mais agir aveuglément conformément à ce code de conduite prescrit et contre leur instinct finit par mettre Louise sur les nerfs et oblige son partenaire à prêter attention, bien qu’il soit peut-être trop tard. Burian en tant que Bjørn achève la transition émotionnelle la plus radicale de l’admiration à la trahison pour une performance dévastatrice qui se termine par un choc paralysant.

Mais l’étonnant affichage de la gamme de Burian ne fonctionne que parce que Tafdrup était, d’une manière ou d’une autre, capable de lancer et de diriger des acteurs engagés prêts à parcourir toute la gamme de ce que leurs personnages endurent ou commettent, même les actes les plus indicibles. Pour jouer Patrick, par exemple, van Huêt opère avec une interprétation calibrée du personnage macho qui peut facilement désactiver l’attitude combative pour désarmer la vulnérabilité. Bjørn tombe amoureux à plusieurs reprises parce qu’il se sent vu et veut imiter sa galanterie spontanée.

Et parce que le stratagème pervers de Patrick et Karin fonctionne à merveille pour obtenir ce qu’ils recherchent, un petit bémol avec « Speak No Evil » est que les cinéastes ne satisfont pas notre curiosité d’en savoir plus sur ce qui les a conduits à ce style de vie monstrueux et comment ils ‘ai entretenu avec une telle compétence. Mais, bien sûr, en faisant cela, Tafdrup a peut-être risqué d’ouvrir la porte à des artifices dans l’intrigue ou à en révéler trop trop tôt.

C’est précisément la dissimulation de la fin de partie de Patrick et Karin et la façon dont ils ensorcèlent leurs victimes consentantes qui fait de « Speak No Evil » une étude troublante et fascinante de la psychologie humaine. Ne vous attendez pas à des sensations fortes bon marché ni à une abondance de gore, mais la construction intellectuellement complexe porte ses fruits. Une fois que le mal se fait connaître, Tafdrup nous entraîne dans une résolution impitoyable, peut-être la fin la plus choquante de tous les films d’horreur cette année.

À l’affiche dans certains cinémas et disponible sur Shudder le 15 septembre.

★★★★★

A lire également