Vicious Fun Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Vicious Fun Avis critique du film & résumé du film (2021)

Il y a des gars comme Fritz (Julian Richings), un comptable nébuleux avec un clown fétiche, et le yuppie Bob (Ari Millen), un « pick-up artist » homicide à la Bundy. Il y a aussi une femme, et son nom est Carrie (Amber Goldfarb). Carrie porte une veste en cuir, a les cheveux blonds lissés en arrière et aime assassiner d’autres tueurs en série, dont la plupart sont soit carrément misogynes, comme Bob, soit psychopathes égocentriques.

Carrie aide non seulement Joel à échapper à une mort certaine; elle lui enseigne aussi la valeur du consentement. Ce qui est probablement important puisque la prochaine cible de Bob est Sarah (Alexa Rose Steele), la colocataire attrayante mais indifférente de Joel. Carrie n’est pas non plus vraiment un personnage; elle sauve Joel et souligne également toutes les façons dont il est manifestement hors de son élément. Si vous aimez regarder des poissons enfermés dans un baril se faire prendre avec un pistolet BB, vous adorerez « Vicious Fun ».

« Vicious Fun » courtise ce genre de licenciement désinvolte, car une grande partie du film rassure les téléspectateurs sur le fait que ses créateurs sont également accros aux films slasher stéréotypés dont ils se moquent en quelque sorte. Mais être conscient des clichés des films d’horreur n’est pas la même chose que de les critiquer (ou de les commenter de manière réfléchie). Pour preuve, voir « Vicious Fun », une satire d’horreur dont le sexisme latent est d’autant plus malheureux que Carrie, dans une scène ultérieure, avertit Joel qu’il ne peut pas faire aimer Sarah : « Vous ne pouvez pas forcer une personne à ressentir quelque chose, ou les inciter à t’aimer. Tu n’y as pas droit. C’est le message que les fabricants de chaussures souples « Vicious Fun » véhiculent, mais jamais vraiment.

Le reste du film tourne autour d’un graphique, mais autrement, une tuerie immobile alors que Joel essaie de fuir Bob et d’autres antagonistes schticky. Vous n’avez jamais vraiment à vous demander ce qui motive des tueurs comme l’assassin ninja Hideo (Sean Baek) ou le géant furieux Mike (Robert Maillet), car ils sont évidemment à quoi ils ressemblent, et sont principalement définis par le genre de dialogue fantasque et gestuel qui faire rougir la plupart des lutteurs professionnels. Hideo se vante du temps où il s’est caché « pendant 16 heures consécutives à l’affût de ma marque pendant que je ralentissais mon rythme cardiaque à presque rien ». Puis il demande : « Avez-vous déjà mordu dans un rein ? Mike jette en se comparant à un requin : « Je veux juste chasser, vivre par pur instinct. »

★★★★★

A lire également