Sundance 2023: Sometimes I Think About Dying, The Pod Generation, birth/rebirth | Festivals & Awards

Actualités > Sundance 2023: Sometimes I Think About Dying, The Pod Generation, birth/rebirth | Festivals & Awards

Il est à noter que Barthes ne s’appuie pas fortement sur les rôles de genre ou sur l’itinéraire prévisible du botaniste étant contre le projet du début à la fin. En fait, elle les subvertit en quelque sorte en obligeant Aly à s’occuper davantage de l’utérus, l’emmenant même au parc et refusant de le rendre au centre très effrayant dans lequel ils sont hébergés. Au fur et à mesure qu’il s’attache, Rachel rêve d’images de la nature et s’émerveille devant les femmes biologiquement enceintes. Avec ces progrès qui prétendent améliorer nos vies, combien enlève-t-on en même temps ?

C’est une excellente question. Ce n’est pas tout à fait suffisant pour une fonctionnalité complète comme celle-ci. Ejiofor et Clarke sont à fond sur le concept et Barthes est un écrivain pointu de dialogues et de rythmes de personnages, mais j’attendais ici un troisième acte qui n’est jamais venu. Barthes a déclaré dans l’introduction, qui comprenait d’ailleurs un discours phénoménal sur la guerre en Ukraine, que le film lui est venu alors qu’elle faisait les rêves étranges qui accompagnent la grossesse. Cela ressemble à un rêve, un peu trop ouvert.

« naissance/renaissance » ressemble plus à un cauchemar. Dans un double long métrage extrêmement fortuit, le film d’horreur vicieux de Laura Moss fonctionne dans une sorte de conversation avec Barthes, demandant à nouveau ce qui se passe lorsque nous jouons à Dieu, mais le cinéaste ici a une vision beaucoup plus sombre de ce potentiel. Les dégoûtés de l’horreur médicale n’ont pas besoin de s’appliquer à ce film de Midnight sur deux mères très différentes, une qui est trop attachée à ses progrès médicaux et une qui devient trop attachée à un patient très unique.

Rose (une Marin Ireland effrayante) est une pathologiste qui est, poliment, socialement maladroite. Celie (une excellente Judy Reyes) est infirmière de maternité. Le premier voit les gens le dernier jour et le second les voit le premier jour. Leurs vies se croisent lorsque la fille de 6 ans de Celie, Lila (AJ Lister), meurt subitement d’une méningite. Voyez-vous, Rose a expérimenté la guérison de la seule chose qui nous aura tous : la mort.

Moss et le co-auteur Brendan J. O’Brien donnent juste assez d’élan effrayant à la « naissance/renaissance », sachant que leur public est assez intelligent pour comprendre que ramener un enfant à la vie s’accompagne probablement d’un ensemble de problèmes. Moss n’utilise jamais vraiment les peurs du saut, présentant l’horreur sanglante de ce qui se déroule en termes pratiques de la peur rampante. Nous avons souvent l’impression d’être juste dans un endroit où nous ne voulons vraiment pas être, d’autant plus que les femmes découvrent qu’elles vont devoir faire des choses extrêmes pour maintenir leur projet en vie. Ce n’est pas tout à fait nouveau Frankensteinmais c’est un riff maternel fascinant sur le concept de ce que nous risquons lorsque nous jouons avec la vie et la mort : la chose même qui nous rend humains.

★★★★★

A lire également