Our Favorite Roger Reviews: Do the Right Thing | Chaz’s Journal

Actualités > Our Favorite Roger Reviews: Do the Right Thing | Chaz’s Journal

Sal est un gars dur et sensé qui veut essentiellement s’entendre et s’occuper des affaires. L’un de ses fils est un raciste vocal – en privé, bien sûr. L’autre est plus ouvert aux Noirs. L’ambassadeur de Sal auprès de la communauté est un sympathique jeune local nommé Mookie (Spike Lee), qui livre des pizzas et agit également comme messager des nouvelles et des potins. Mookie est bon dans son travail, mais son cœur n’y est pas; il sait qu’il n’y a pas d’avenir dans la livraison de pizzas.

Nous rencontrons d’autres personnes dans le quartier. Il y a Da Mayor (Ossie Davis), une sorte d’homme ordinaire qui connaît tout le monde ; Buggin Out (Giancarlo Esposito), un militant vocal ; Radio Raheem (Bill Nunn), dont le boombox définit sa vie et lui offre un cocon musical pour l’isoler du monde ; Mother Sister (Ruby Dee), qui est en quelque sorte la sorcière du quartier. Il y a le disc-jockey local, dont le programme fournit un commentaire en cours d’exécution, et un attardé de la rue qui se promène en vendant des photos de Martin Luther King Jr. et de Malcolm X. Et puis il y a trois vieux gars au coin de la rue qui commentent les développements, lentement et longuement.

Cela ressemble à un quartier assez bien – comme le genre de scène urbaine par laquelle les drames prolétariens des années 1930 aimaient commencer.

Et pendant longtemps pendant « Do the Right Thing », Lee le traite comme une toile de fond pour une tranche de vie saroyesque. Mais les choses se passent sous la surface. Les tensions montent. Les vieilles blessures sont rappelées. Et finalement le film explose en violence raciale.

La nature exacte de cette violence a été décrite dans de nombreux articles sur le film – dont deux que j’ai écrits après la première tumultueuse du film au Festival de Cannes – mais dans cette critique, je pense que je ne décrirai pas les événements réels. A Cannes, je suis entrée froidement dans le film, et sa fin a eu un effet bouleversant justement parce que je ne m’y attendais pas. Il y aura du temps, dans les longues discussions que ce film inspirera, pour discuter en détail de qui fait quoi et pourquoi. Mais pour l’instant, j’aimerais que vous fassiez l’expérience par vous-même et que vous y réfléchissiez par vous-même. Puisque Lee ne vous dit pas quoi en penser et fournit délibérément des rebondissements surprenants pour certains des personnages, ce film est plus ouvert que la plupart. Cela vous oblige à décider ce que vous en pensez.

« Do the Right Thing » n’est pas rempli d’amour fraternel, mais il n’est pas non plus rempli de haine. Il est issu d’un cynisme urbain las qui s’est installé autour de nous ces dernières années. Les bons sentiments et bon nombre des espoirs des années 1960 se sont évaporés, et aujourd’hui, il ne serait plus exact de faire un film sur la façon dont les races américaines vont toutes s’aimer. Je souhaite que nous puissions voir un tel amour, mais au lieu de cela, nous avons des divisions de classe qui s’approfondissent dans lesquelles les classes moyennes de toutes les races fuient ce qui se passe dans le centre-ville, tandis qu’une série d’administrations nationales n’offrent aucun espoir aux pauvres. « Do the Right Thing » raconte une histoire honnête et non sentimentale sur ceux qui sont laissés pour compte.

★★★★★

A lire également