No More Blue Tomorrows: David Lynch’s Inland Empire Returns to Theaters | Features

Actualités > No More Blue Tomorrows: David Lynch’s Inland Empire Returns to Theaters | Features

À ce stade, les choses deviennent bizarres d’une manière que je vous laisse découvrir (en effet, si vous n’avez pas vu le film auparavant), en partie pour préserver les surprises. Mais aucune simple critique ne pourrait espérer explorer tous les points d’histoire et éléments thématiques apparemment inexplicables avec des détails à distance adéquats – il faudrait un livre entier pour le faire (et il y en a un certain nombre, y compris une monographie récente de la critique Melissa Anderson). Même dans ce cas, vous ne ferez peut-être qu’effleurer la surface de ce que Lynch propose ici. J’avoue que lorsque j’ai vu le film pour la première fois lors d’une projection presse en 2006, je l’avais assez aimé mais il ne m’avait pas complètement marqué. Je l’ai revu environ un mois plus tard et pour une raison quelconque, cela a cliqué avec moi cette deuxième fois. À ce stade, je le placerais aux côtés de « Eraserhead », « Twin Peaks: Fire Walk with Me » et « Mulholland Drive » comme l’une des plus belles œuvres de Lynch, même si je ne peux pas tout à fait expliquer pourquoi je l’aime autant que moi. . Le film est si dense en images, en idées et en pure audace que vous pourriez penser que la seule chose qui lui manque est Nastassja Kinski assise de manière énigmatique sur un canapé pendant qu’un groupe de femmes se synchronisent sur les lèvres et dansent sur « Sinnerman » de Nina Simone. Sur une note totalement indépendante, assurez-vous de rester pendant le générique de clôture.

Comme les précédents films de la soi-disant Los Angeles Trilogy de Lynch, « Lost Highway » et « Mulholland Drive », des notions telles que le temps, l’espace et l’identité sont effacées au point dans « Inland Empire » où les personnages deviennent soudainement d’autres personnes, lieux et les délais changent avec la même brutalité, et la Cité des Rêves devient une nuit sans fin dont il semble impossible de se réveiller. Dans les films précédents, la séparation entre le rêve et le monde réel est raisonnablement dure et rapide, mais peut-être seulement en rétrospective. Ici, Lynch barbouille la ligne qui sépare les deux pratiquement depuis le début, à la fois métaphoriquement et littéralement. Ce dernier l’est grâce à sa décision de tourner le film en vidéo numérique, lui conférant un style visuel à la fois familier et étrangement déconcertant et qui vous laisse sans cesse en quête de repères.

Le problème est que bien que cette approche stylistique crée un certain nombre de moments visuels obsédants et énervants, elle a rendu le film un peu difficile à regarder pendant trois bonnes heures en 2006, et alors que le DVD suivant que Lynch a sorti était vraisemblablement état -de l’art à l’époque, il n’a pas exactement résisté à l’épreuve du temps. Pour cette réédition, Lynch et Janus Films ont soumis « Inland Empire » à un processus de remasterisation long et détaillé des composants audio et visuels (Lynch a également fait la conception sonore époustouflante du film) pour arriver à un nouveau transfert 4K. Bien qu’il n’y ait que peu d’améliorations à faire compte tenu du matériel source, il semble à peu près aussi bon qu’il le sera jamais. Lorsque cette version de « Inland Empire » sortira sur Blu-ray (vraisemblablement via Criterion, qui a déjà fait de superbes travaux sur un certain nombre de films de Lynch), elle devrait se présenter assez bien.

★★★★★

A lire également