My Policeman Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > My Policeman Avis critique du film & résumé du film (2022)

Mené par un Michael Grandage adéquat, « My Policeman » commence de nos jours avec les versions plus anciennes de ces personnages : Tom (Linus Roache) et Marion (Gina McKee), aujourd’hui à la retraite, vivent dans une ville balnéaire au fur et à mesure qu’ils avancent. de leur mariage milquetoast. Leur marche régulière vers la démission – que Tom interrompt momentanément chaque fois qu’il va à la mer avec leur chien – est interrompue par l’arrivée de leur vieil ami Patrick ( Rupert Everett ), désormais séparé. Une Marion rongée par la culpabilité s’est portée volontaire pour prendre soin de lui après qu’un accident vasculaire cérébral débilitant l’ait presque cloué au lit. Et tandis que Marion est prête à enterrer la hache de guerre proverbiale, Tom refuse de voir l’homme à qui sa femme dit qu’ils doivent tant parce qu’il « a appris [them] comment voir l’art.

La douleur que Patrick a causée au couple est ce dont « My Policeman » espère nous parler. Et pourtant, comment il nous raconte, et ce qu’il pense que nous espérons gagner de cette histoire, vient avec peu de flair et encore moins de conscience de soi.

Le passé sur une plage ensoleillée dans la Grande-Bretagne des années 1950, où Marion (Corrin) voit le fringant Tom (Styles ne manque certainement pas au département des looks) courir sur le sable. Il lui apprend à nager; le couple commence bientôt à sortir ensemble. Humble et de la classe ouvrière, Tom est tout le contraire d’Emma, ​​instruite et axée sur les arts. C’est pourquoi Tom se donne tant de mal pour lire sur les peintures. Les deux finissent par rencontrer Patrick ( David Dawson ), un conservateur de musée qui connaît Tom pour avoir été témoin dans l’une de ses affaires. Le trio devient inséparable. Il semble même que Patrick soit attiré par Emma, ​​et elle par lui. C’est-à-dire jusqu’à ce que nous découvrions que Tom et Patrick sont dans une relation sexuelle fermée.

Le triangle désordonné qui se forme à partir de ces deux relations concurrentes est censé suggérer de la tension et de la sympathie pour une femme désespérément romantique apparemment victime de deux hommes, qui sont également victimes des lois homophobes du pays. Nous découvrons cependant que ce trio ne rentre pas dans les cases faciles : Tom exige la loi et l’ordre ; Emma est homophobe; et Patrick est en quelque sorte leur ami. Cette énigme fournirait un drame juteux si l’un de ces acteurs possédait un grain de chimie avec l’autre. Cela n’aide pas que Grandage, à travers son blocage et sa couverture, et le montage de Chris Dickens (« Slumdog Millionaire ») fassent de leur mieux pour cacher les lacunes de Styles. Sa compréhension physique du personnage manque de spécificité; ses livraisons en ligne sont monotones ; il ne projette pas d’allure. Il n’y a ni intériorité ni charme dans tout ce qu’il fait. Même ses scènes de sexe – où Grandage confond peau nue et gémissement de passion – sont sans mordant.

★★★★★

A lire également