Mulan, le tout nouveau film adapté de Disney +
|

Mulan : Résumé et Avis critique du tout nouveau film disponible sur Disney +

Actualités > Mulan : Résumé et Avis critique du tout nouveau film disponible sur Disney +

Mulan, avis critique du film

Un univers transcendant

Ses origines remontent à plusieurs siècles et son prédécesseur animé est très apprécié dans le canon Disney des années 90, mais la dernière version de Mulan ne pourrait pas être plus pertinente, vitale et vivante.

La version en direct du réalisateur Niki Caro de l’histoire classique d’une jeune femme chinoise qui se déguise en homme pour devenir une guerrière est palpitante du début à la fin. Elle est imprégnée de lieux et de détails culturels traditionnels, tout en étant résolument moderne grâce à des effets spéciaux éblouissants et des séquences d’action innovantes. Vous voulez un travail aérien défiant la gravité, inspiré du wuxia, des batailles d’arts martiaux et des cascades de chevaux minutieusement chorégraphiées ? Vous les avez tous.

Un casting qui a séduit le public

Et une impressionnante brochette d’acteurs chevronnés, dont Tzi Ma, Donnie Yen, Jet Li et la déesse Gong Li, vous aideront à garder les émotions bien ancrées.

Au centre se trouve la charmante Yifei Liu, qui est appelée à montrer beaucoup d’envergure alors que Mulan se transforme de rebelle effrontée et impétueuse en chef mature et autoritaire. De plus, il est tout aussi important qu’elle trouve sa voix au cours de ce voyage – un phénomène spécifique à ce personnage et à cette histoire, mais qui ne pourrait pas être plus résonnant pour les femmes de tous âges et du monde entier qui le regardent en ce moment. La performance de Liu aurait peut-être été plus puissante si elle avait été un peu plus émotive, mais l’acier et le physique dont elle fait preuve font d’elle une combattante convaincante.

La talentueuse réalisatrice Niki Caro

Caro est le choix idéal pour diriger ce Mulan en direct, puisqu’elle s’est fait connaître il y a près de vingt ans avec une autre histoire d’une fille déterminée qui a osé s’opposer au patriarcat, Whale Rider de 2002. À partir d’un scénario de Rick Jaffa, Amanda Silver, d’Elizabeth Martin et Lauren Hynek, Caro tisse les racines poétiques anciennes de l’histoire avec les œufs de Pâques du film d’animation de 1998 – bien qu’il n’y ait pas d’acolyte farfelu du dragon, hélas – mais c’est en grande partie sa propre entreprise artistique, et c’est de loin le plus efficace et le plus nécessaire de tous les remakes en prises de vues réelles du catalogue d’animation de Disney que nous avons vus ces dernières années.

Le mouvement #MeToo

La version de Caro de ce conte, aussi populaire et familiale qu’elle soit, porte également l’esprit caractéristique du mouvement #MeToo : des femmes qui se défendent et qui exigent que les hommes les écoutent et les croient. Un moment particulier de solidarité et de validation qui prend à la gorge et qui pousse les gens et les femmes en particulier à visionner Mulan dans un cinéma bondé. Aussi magnifique que soit le film – le travail d’innombrables femmes talentueuses en coulisses, dont la directrice de la photographie Mandy Walker et la costumière Bina Daigeler – ce n’est pas tout à fait la même chose de le regarder chez soi, même sur une télévision géante, même avec un enfant enthousiaste et cinéphile sur le canapé à côté de vous.

Le résumé du film Mulan

Mulan, une petite fille différente

Les os de Mulan restent cependant familiers. Nous voyons d’abord le personnage comme une jeune fille enjouée et acrobatique (jouée par Crystal Rao), qui grimpe et saute sur les toits de son village pour poursuivre un poulet, ce qui préfigure un peu l’action à venir. Son père (Ma, aussi chaleureuse présence ici que dans L’Adieu) semble fier de la nature courageuse de sa fille, mais sa mère (Rosalind Chao) lui rappelle sans cesse cela :

« Une fille fait honneur par le mariage »

De plus, une rencontre avec une entremetteuse (le vétéran Pei-Pei Cheng) qui tourne mal de façon comique est l’une des nombreuses indications qu’un chemin traditionnellement servile et féminin n’est pas dans l’avenir de Mulan.

Le destin de Mulan

Lorsque des envahisseurs menés par la vilaine Bori Khan (Jason Scott Lee) menacent l’empereur (Jet Li) des années plus tard, l’armée impériale se déploie à travers la Chine pour amasser des soldats afin de protéger le palais, en rassemblant un homme de chaque famille.

La famille de Mulan n’ayant pas de fils, son père, lui-même guerrier blessé, doit se joindre à elle pour maintenir l’honneur. Au lieu de cela, Mulan saisit son épée et monte à cheval sous le couvert de l’obscurité et de la nuit, se présentant au commandant de la poupe (Yen) avec les cheveux repliés sous une casquette et la voix légèrement baissée. Dans la tradition des films sexistes allant de Yentl à Just One of the Guys, Mulan doit trouver des moyens alambiqués d’éviter de se changer et de se doucher devant ses camarades, dont le beau Honghui (Yoson An), avec qui elle jouit d’une étincelle verbale et physique.

Elle lutte également pour éviter la sorcière métamorphe Xianniang (Gong Li), le bras droit menaçant de Bori Khan qui ne cesse de la retrouver. Malgré sa nature malveillante, Mulan et elle ont plus en commun que la jeune femme ne voudrait l’admettre, et la nature compliquée et inconfortablement honnête de leur relation donne au film une étincelle féministe intrigante. (Li porte également les costumes les plus fabuleusement ornés, notamment ceux inspirés par la capacité de Xianniang à se transformer en faucon).

Le Qi de Mulan brouillé par la malhonnêteté

Mais le film perd un peu de son élan lorsqu’il s’agit des véritables rouages de l’intrigue contre l’empereur. Bien sûr, c’est la machinerie narrative qui dirige la transformation de Mulan, mais elle s’enlise et devient bavarde, et elle est loin d’être aussi convaincante que l’acceptation ultime par le personnage de sa force intérieure indéniable. La majestueuse et féroce Xianniang a son numéro très tôt, et quand ils se rencontrent enfin pour se battre, elle le dit sagement à Mulan :

« Ta tromperie t’affaiblit. Elle empoisonne ton qi ».

Il y a une sorte de dynamique Dark Vader-Luke Skywalker, amour-haine, dans cette épreuve de force, mais la vérité sous-jacente de cette déclaration résonne. Sa force féminine a fait d’elle une paria dans ce monde dominé par les hommes, mais elle reconnaît que Mulan ne peut pas atteindre son plein potentiel tant qu’elle n’est pas pleinement honnête sur son identité.

Mulan, le reflet de l’indépendance et la femme forte

Quand Mulan laisse enfin tomber ses cheveux, littéralement, c’est une déclaration d’indépendance, un joyeux moment d’amour-propre. Des morceaux de Réflexion – le thème de 1998 qui a contribué à faire de Christina Aguilera une superstar – ponctuent ici et dans d’autres moments clés la partition de Harry Gregson-Williams, leur permettant de s’envoler mais aussi de se rattacher gentiment au film d’animation qui représente tant de choses pour beaucoup. (Restez dans le générique pour entendre Aguilera interpréter une mise à jour de la ballade du pouvoir ainsi qu’une délicate version en langue chinoise de Liu elle-même). Loyale, courageuse et vraie : elle est tout cela, selon ses propres termes.

★★★★★

A lire également