homepage_4139_d031_00024_rc-6872760-7089424-jpg

Keeping with the Beat: Thomasin McKenzie on Last Night in Soho | Interviews

Actualités > Keeping with the Beat: Thomasin McKenzie on Last Night in Soho | Interviews

Les efforts de Thomasin pour établir les graines expérimentales de son personnage l’ont amenée à la School of Design de l’Université Massey à Wellington où elle a assisté à des conférences, réalisé de nombreux projets de couture et appris à coudre à la main, tout en travaillant avec le responsable du programme du collège pour Mode, Sue Prescott. Ces activités vont de pair avec le processus habituel de Thomasin pour se préparer à un rôle, qui comprend la modification de ses propres intérêts personnels pour refléter ceux de son personnage, la collecte d’objets qui ont une signification pour elle et la tenue d’un journal avec la voix de son personnage. Au milieu de son programme de tournage intensif, elle a également profité pleinement de son séjour à Londres pour s’immerger dans la culture et les galeries de la ville, dont certaines avaient par coïncidence des expositions Mary Quant débordant de mode des années 60. « Lorsque nous sommes arrivés pour la première fois à Soho, Thomasin et moi sommes restés trois semaines dans le même bâtiment où Thomas De Quincy a écrit Confessions d’un mangeur d’opium anglais, l’histoire de la région était donc très présente dans notre environnement », se souvient Stuart. « Nous nous sommes promenés dans Soho et avons vu une production de ‘Le curieux incident du chien pendant la nuit’. C’était avant COVID, donc nous sortions le soir quand l’endroit regorgeait de monde. Le bar de l’autre côté de la rue, connu sous le nom de Pillars of Hercules, était l’endroit où de nombreux écrivains britanniques par excellence, tels que Ian McEwan, avaient l’habitude de se rassembler, alors nous y allions prendre un verre. L’histoire d’Edgar et Krysty montre comment l’environnement hante ceux qui y vivent, et nous l’avons vraiment ressenti lorsque nous vivions à Soho.

Miranda a comparé cela à l’expérience qu’elle a eue sur le tournage du joyau ravissant de Jane Campion en 2009, « Bright Star », dans lequel elle a entraîné la jeune actrice Edie Martin. « Jane rassemblait tout le monde dans la petite pièce au-dessus d’un hôtel où John Keats a écrit une grande partie de ses écrits, et elle a demandé à Andrew Motion, qui était le biographe de Keats, de nous lire la poésie de Keats dans cette pièce », a déclaré Miranda. « Cela nous a obligés à faire un long voyage hors de l’endroit où nous restions pour y aller, mais Jane a estimé qu’il était très important que l’essence du lieu s’imprègne dans la nature des performances. » Un autre esprit que Thomasin a gardé avec elle tout au long du tournage était celui de sa grand-mère, Kate Harcourt, la star vénérée de la scène et de l’écran avec qui elle partage un lien profond, un lien qui se reflète dans la relation d’Eloïse avec sa grand-mère. Maintenant âgée de 94 ans, Kate a offert à Thomasin un oreiller brodé affichant leurs deux noms, juste avant que sa petite-fille ne s’envole pour LA pour la première de « Soho » cette semaine. « Ils ont partagé une étreinte très émouvante, je suppose parce que Kate se demande quand ou si elle pourra revoir Thomasin », a déclaré Stuart, la voix étranglée par l’émotion. « Mais ce que Kate lui a dit, c’est : ‘Sors, ​​amuse-toi, travaille dur, et je suis très fière de toi.' »

Dame Diana Rigg joue le rôle de Mme Collins dans LAST NIGHT IN SOHO d’Edgar Wright, une sortie de Focus Features. Crédit : Parisa Taghizadeh / © 2021 Focus Features, LLC

« Soho » propose également une merveilleuse performance de la légende du cinéma Diana Rigg dans le rôle de Mme Collins, la propriétaire grincheuse de l’appartement d’Eloise. L’imposante actrice est décédée peu de temps après la fin de la production, et son travail ici est aussi approprié que le tour drôle de Christopher Plummer en tant que célèbre patriarche dans « Knives Out » de Rian Johnson. Rigg a également été impressionnée par l’accent de Thomasin en Cornouailles, qu’elle a développé en passant du temps avec Stuart dans la ville industrielle stérile de Redruth, d’où Eloise est originaire. Au cours de leur visite, ils ont vu le redémarrage inférieur de « Hellboy » dans un cinéma local et ont découvert qu’ils étaient les seules personnes dans le théâtre. Thomasin a décidé de rester dans son accent de Cornouailles tout au long de la production, à la fois sur et en dehors du plateau, sans parler d’un dîner avec Jane Campion et Benedict Cumberbatch avant de collaborer avec eux dans « The Power of the Dog ». Par conséquent, Rigg n’avait aucune idée que Thomasin était originaire de Nouvelle-Zélande jusqu’à ce qu’elle rencontre Miranda, dont l’accent Kiwi a incité l’actrice à s’exclamer : « Qu’est-ce qui se passe ? au?! » Puis, comme l’a raconté Miranda, elle a regardé Thomasin et a dit: « Bien sur vous. »

★★★★★

A lire également