Infinite Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Infinite Avis critique du film & résumé du film (2021)

Finalement, Evan apparaît sur le radar respectif de Bathurst et de l’Infinite. Bien qu’Ejiofor joue Bathurst comme un homme déformé par sa vie mentalement douloureuse – il veut juste mourir – ce traumatisme n’est pas du tout ressenti. Ejiofor réalise une performance déroutante qui suscite une multitude de questions déroutantes plutôt que de fournir un personnage actualisé. Je ne pouvais pas repérer la genèse de son accent épais et odieux qui frôle le dessin animé spécial du samedi matin dans sa large spécificité. Les origines de Bathhurst ne sont pas non plus compréhensibles : d’où vient son immense richesse ? Où sont les autres nihilistes ?

Les Infinis invitent des points d’interrogation similaires. Un leader à l’image du professeur X, Garrick (Liz Carr) en fauteuil roulant, guide l’équipe. Ses meilleurs soldats comprennent le grand et barbu Kovic (Jóhannes Haukur Jóhannesson) et la très qualifiée Nora (Sophie Cookson). L’équipe espère qu’Evan est la forme réincarnée de Treadwell, l’agent qui a le premier caché l’œuf. Dans le cas de Nora, en particulier, elle veut revoir son ancien amant (son esprit est emprisonné par Bathurst) et pense que l’œuf peut le ramener. La dynamique des personnages entre ce trio et Evan n’est pas du tout construite. Fuqua se voit plutôt confier ce monde intrigant mais refuse d’ajouter des contours à ces héros ou à leurs pouvoirs. Il en va de même pour le chercheur du groupe interprété par Toby Jones, et un neurologue débauché interprété par Jason Mantzoukas.

Au lieu de cela, Fuqua s’intéresse beaucoup plus à l’artisanat qui anime le film. Ce qui ne serait pas une mauvaise idée si l’artisanat était quelque chose d’enthousiasmant : la partition résonne à un rythme immémorial. La chorégraphie et l’exécution du combat sont épouvantables. Dans une scène, il est extrêmement clair que les cascadeurs ont filmé toute une séquence de combat au corps à corps plutôt qu’Ejiofor et Jóhannesson. Dans un autre, où Evan et Nora attaquent le manoir de Bathurst, le montage est un gâchis épique impossible à suivre en raison de compositions mal articulées. Et même si vous pouviez suivre l’action à l’écran, vous souhaiterez bientôt ne pas pouvoir. Pire encore, la narration dans « Infinite » ne conduit jamais aux effets visuels collants – les soldats sont apparemment suspendus dans les airs alors que des éclats de bois les déchiquettent à mort – et des cascades surabondantes comme une confrontation acrobatique entre Evan et Bathurst dans la coque d’un avion de transport.

Sans grands personnages et sans l’esthétique correspondante, « Infinite » est un soft toss malavisé de Fuqua réalisé avec des objectifs de franchise. Vous avez l’impression que ses questions sans réponse, telles que la composante religieuse de ces pouvoirs, sont volontairement laissées obscures pour répondre aux futurs films. Au lieu de cela, l’obscurcissement affaiblit totalement ce film. Dans une action-aventure qui concerne plusieurs vies, ne perdez pas la vôtre à regarder « Infinite ».

Joue maintenant sur Paramount+.

★★★★★

A lire également