Everything Everywhere All at Once Avis critique du film (2022)

Actualités > Everything Everywhere All at Once Avis critique du film (2022)

En plus de jongler avec la visite de son père et le contrôle fiscal, la fille maussade d’Evelyn, Joy, veut amener sa petite amie Becky (Tallie Medel) à la fête et son mari veut parler de l’état de leur mariage. Juste au moment où Evelyn commence à se sentir dépassée par tout ce qui se passe dans sa vie, elle est visitée par une autre version de Waymond de ce qu’il appelle le verset Alpha. Ici, les humains ont appris à « sauter des versets » et sont menacés par un agent omnivers du chaos connu sous le nom de Jobu Tupaki. Bientôt, Evelyn est plongée dans une aventure à travers l’univers qui la pousse à remettre en question tout ce qu’elle pensait savoir sur sa vie, ses échecs et son amour pour sa famille.

La majeure partie de l’action se déroule dans un immeuble de bureaux de l’IRS à Simi Valley (qui, en tant que Californien, m’a fait grincer des dents), où Evelyn doit combattre l’agent de l’IRS Diedre (Jamie Lee Curtis, ayant le temps de sa vie), une troupe de les gardes de sécurité, et peut-être tous les autres qu’elle a rencontrés. Le concepteur de production Jason Kisvarday crée un bureau rempli de cabines apparemment sans fin où tout, de la lame d’un coupe-papier à un plug anal en forme de vérificateur de l’année, devient un jeu équitable dans une bataille pour sauver l’univers.

Le rythme effréné de l’éditeur Paul Rogers correspond au dialogue frénétique du scénario, avec des couches d’univers se repliant simultanément les unes dans les autres tout en propulsant le voyage interne d’Evelyn. Les coupes de match relient les univers de manière transparente, tandis que les coupes ludiques aident à souligner l’humour au cœur du film.

Né de choix faits et non faits, chaque univers a une apparence et une sensation distinctes, avec des références cinématographiques allant de « The Matrix » à « The Fall » à « 2001: A Space Odyssey » à « In The Mood For Love » à « Ratatouille ». Même le propre héritage de Michelle Yeoh se retrouve dans le film avec des rappels affectueux de ses jours de film d’action à Hong Kong et du classique wuxia « Crouching Tiger, Hidden Dragon ». Les séquences de combat, chorégraphiées par Andy et Brian Le, ont une beauté balatique, judicieusement tournées par le directeur de la photographie Larkin Seiple en plans larges permettant à des corps entiers de remplir le cadre.

★★★★★

A lire également