Gold : critique et explication de la fin

Actualités > Gold : critique et explication de la fin

Si seulement le film lui-même atteignait le niveau extrême d’engagement d’Efron. « Gold » est plus efficace d’un point de vue esthétique que narratif. La narration est en fait trop simplifiée – nous en savons trop peu sur ces personnes pour nous intéresser à leur persévérance. Le réalisateur, co-scénariste et co-vedette Anthony Hayes crée cependant un paysage extrêmement dur et il accomplit beaucoup avec ses moyens de rechange. Travaillant avec le directeur de la photographie Ross Giardina, il place ses quelques personnages dans un étalement monochromatique sombre et tactile. Une tempête de sable infernale du troisième acte dévaste de manière minimaliste. Les couchers de soleil maussades sont particulièrement frappants, mais ils rappellent également que la fin de chaque journée n’apporte aucun espoir pour un avenir meilleur.

Au début du film, le personnage stoïque d’Efron – répertorié littéralement comme Man One dans le générique – arrive dans une station-service délabrée au milieu de nulle part pour rencontrer un étranger pour un tour. Il est l’homme deux relativement bavard de Hayes, qui a accepté de conduire le personnage d’Efron vers un avant-poste, un voyage qui les emmène à travers un terrain déchiqueté et escarpé qui ressemble de manière obsédante à la surface de la lune. Nous ne savons pas pourquoi le monde est comme ça, soit dit en passant. C’est juste. Nous ne savons rien non plus de qui étaient ces gens avant. Ils le sont tout simplement. Tout ce que nous apprenons sur Man One, c’est qu’il est « de l’Ouest », un terme moqueur qui suggère qu’il est relativement sophistiqué.

Mais toutes les différences qui existent entre Man One et Man Two disparaissent immédiatement lorsque leur voiture tombe en panne et qu’ils se retrouvent bloqués. En campant pendant la nuit, ils découvrent par hasard un gigantesque morceau d’or qui sort du sol, quelque chose qu’ils veulent désespérément et qu’ils doivent se faire confiance pour le déloger. Alors que le personnage de Hayes décolle pour se procurer du matériel d’excavation, celui d’Efron doit rester et s’occuper du trésor, endurant des éléments durs, des chiens sauvages voraces et des mouches incessantes grouillant autour de son visage magnifique mais boursouflé pour ce qui semble être une éternité. Le processus en jeu peut être intrigant – comment il passe le temps, les modifications rapides lorsqu’il rencontre l’épave d’un avion et la transforme en abri de fortune. C’est aussi un rappel rare du monde extérieur et de la possibilité que l’humanité existe quelque part, mais un tel contexte est rapidement éphémère. De même, une rencontre avec une autre vagabonde (Susie Porter) augmente brièvement la tension du film. Il se trouve qu’elle a aussi une personnalité – c’est une intelligente, ce qui est excitant. Mais ensuite, c’est le retour à l’attente, et encore à l’attente, avec des reflets occasionnels.

★★★★★

A lire également