Fear Street Part Three: 1666 Avis critique du film (2021)

Actualités > Fear Street Part Three: 1666 Avis critique du film (2021)

Écrit par Janiak, Phil Graziadei et Kate Trefry, « 1666 » entre au cœur de la série en montrant la malédiction qui a conduit à tout ce chaos, qui implique une tragique histoire d’amour. En 1666, il s’agissait de Sarah et d’une femme nommée Sam (représentée ici par la petite amie de Deena, Hannah d’Olivia Scott Welch). Ce troisième « Fear Street » utilise la relation de Deena et Hannah de « 1994 » comme un type de raccourci afin que nous comprenions le lien entre Sarah et Sam, puis craignons pour eux lorsque les citadins enragés pensent qu’ils ont apporté le mal. L’approvisionnement en eau est empoisonné, les fruits commencent à moisir et un acte innommable et effectivement perturbant est commis par un pasteur                                                                                                                                                                                                . selon les habitants, ce doit être l’œuvre des deux femmes aperçues en train d’être intimes dans les bois la nuit précédente. « Fear Street Part Three : 1666 » se construit sur une chasse aux sorcières tendue, un retour à la misogynie bouillante qui a conduit à la pendaison de nombreuses femmes, en particulier lorsqu’elles ont fait peur aux hommes.

Il y a en effet une vraie sorcière dans le mélange, mais avec les idées de « Fear Street » de défier les normes et de bouleverser le récit d’une chronologie, ce n’est pas comme si la vraie sorcière était la vraie force du mal. Elle est interprétée par Jordana Spiro, qui était auparavant considérée comme une baby-sitter dans « 1994 », et l’infirmière du camp qui a tenté de tuer Tommy dans « 1978 », consciente de ce qu’il était sur le point de faire. Ici, elle a encore une fois un point trop bref à faire valoir. Mais elle aide à faire avancer l’histoire, introduisant le livre avec les sorts sataniques qui déclenchent tout ce gâchis lorsqu’il tombe entre de mauvaises mains. Sarah a été pendue pour cela et a créé une malédiction avant de mourir, mais Deena en apprend plus sur ce qui s’est réellement passé et comment vaincre la malédiction. Alors WHAM ! le logo « Fear Street » réapparaît, et il est temps pour « Fear Street Part Two : 1994 ». C’est génial d’être de retour, surtout avec ce que Deena réalise qu’il doit être fait.

Plus que l’action d’horreur elle-même, la série a vraiment été motivée par un complot qui fonctionne pour relier toutes ces différentes pièces, construisant une mythologie avec quelques ensembles de règles qui jouent tout au long (comme la façon dont les monstres recherchent le sang de Deena, que les personnages utilisent ici pour un avantage intelligent). Cela montre à quel point cette franchise est planifiée, à quel point cette franchise est méticuleuse; les subtilités proviennent davantage de l’histoire et de la symétrie que de la chronologie actuelle présentée, qui a également fait brûler dangereusement lentement les trois films et leurs premiers actes, « 1666 » en particulier. Mais il y a un frisson particulier dans la façon dont les plans sont rappelés, les emplacements sont réutilisés et une génération de Shadysiders agit de la même manière qu’une autre. L’effort est gratifiant pour le spectateur et met en évidence l’idée plus large de la franchise sur la façon dont le temps est vraiment un cercle plat.

★★★★★

A lire également