Cha Cha Real Smooth Avis critique du film (2022)

Actualités > Cha Cha Real Smooth Avis critique du film (2022)

Raiff incarne Andrew, un récent diplômé de l’Université de Tulane dont l’objectif principal est de gagner suffisamment d’argent pour suivre sa petite amie à Barcelone. Il est pour la plupart sans but, rassemblant des fonds en vivant chez lui dans la banlieue du New Jersey et en travaillant dans un restaurant de centre commercial avec le nom terriblement terrible de Meat Sticks. Mais il tombe sur un véritable travail d’initiateur de fête sur le circuit local des bars et des bat mitzvah, exhortant les adolescents maladroits et leurs parents légèrement ivres à monter sur la piste de danse et à faire le toboggan électrique. Raiff et son équipe de conception de la production se sont clairement amusés à trouver les détails spécifiques de tous ces événements thématiques, et la façon dont il capture l’énergie nerveuse de cette période juvénile de flux vous fera frissonner de reconnaissance.

Lors d’une de ces nuits, il se connecte avec le personnage de Johnson, une mère célibataire nommée Domino, et sa fille adolescente Lola (Vanessa Burghardt), qui est autiste. Le fait qu’il soit attiré par eux et insiste pour qu’ils passent un bon moment semble être une expression naturelle de qui est ce type : un idiot au grand cœur, doux et optimiste et, par-dessus tout, désireux de rire de lui-même pour s’assurer que tout le monde en train de rire. Un flash-back d’ouverture d’une décennie plus tôt, alors qu’il était un invité de 12 ans à une fête comme celle-ci, révèle qu’Andrew a toujours été un type de cœur sur sa manche. Il n’est peut-être pas le personnage le plus compliqué ici, mais la cohérence de sa simplicité permet à d’autres d’évoluer qui ne sont pas si sûrs d’eux-mêmes. Raiff est sympathique et souvent hilarant, mais il est également présent dans chaque scène, on peut donc imaginer que son sens de l’humour idiosyncratique pourrait éventuellement devenir irritant pour certains téléspectateurs.

L’attirance d’Andrew pour Domino est évidente, même si elle l’informe qu’elle a un fiancé, un avocat qui se trouve souvent à l’extérieur de la ville pour son travail. (Un Raúl Castillo stoïque et raide vient sporadiquement affirmer sa territorialité sur ces deux femmes, et bien que sa nature extérieure soit le point, c’est aussi une distraction. Il n’a tout simplement pas de sens dans ce monde.) Mais c’est son amitié avec Lola c’est la vraie surprise, non pas qu’elle existe, mais plutôt comment elle s’épanouit. Il aurait été si facile et paresseux de faire en sorte que cette relation se déroule de manière agréable et mièvre. Lola a quelques années de plus que les autres enfants de sa classe et elle est souvent la cible d’intimidation. Mais plutôt que de se précipiter comme son sauveur, Andrew montre un véritable intérêt pour elle en tant que copain; Domino demande s’il gardera Lola quelques nuits, ce qu’il fait volontiers, mais il la traite comme une égale et s’intéresse à ses passe-temps. Burghardt fait preuve d’un grand sang-froid et d’un timing comique dans son premier rôle au cinéma, et c’est une joie à regarder.

★★★★★

A lire également