homepage_women_of_the_movement-9890457-9370749-jpg

Women of the Movement Avis critique du film (2022)

Actualités > Women of the Movement Avis critique du film (2022)

Turner brille en tant que Mamie lorsqu’on lui en donne l’occasion, mais bien que la série soit probablement à son sujet, il y a des tronçons importants où elle a peu de choses avec lesquelles travailler; beaucoup de ses scènes doivent accomplir tellement de choses sur le plan narratif qu’elles deviennent inévitablement dramatiquement nulles. Surtout une fois que le drame juridique prend le dessus – la majeure partie de la moitié arrière de la série jusqu’au dernier épisode – la grande majorité du temps d’écran de Mamie est consacrée à des discours et à des discussions de stratégie qui laissent peu de place au personnage. Pendant tout ce temps, les visions d’Emmett la surveillant tranquillement s’avèrent être une béquille pour son trouble émotionnel. Le parcours personnel de Mamie devenant secondaire pour une partie importante de la série est particulièrement mis en évidence par la façon dont la mère de Mamie, Alma (Tonya Pinkins) et son petit ami de soutien, Gene Mobley (Ray Fisher), disparaissent également plus ou moins du récit de cette période, réapparaissant à mi-chemin. le dernier épisode pour conclure rapidement les arcs qui avaient été laissés de côté plusieurs épisodes plus tôt.

Compte tenu du calibre des talents de réalisateur impliqués, dont Gina Prince-Bythewood et Julie Dash, le look de la série est plutôt quelconque. Mais cette rareté fait ressortir des choix visuels plus pointus, comme lorsque Carolyn Bryant (Julia McDermott), la femme blanche qui a accusé Emmett de lui avoir sifflé, menant à son meurtre aux mains de son mari et de son beau-frère, prend la tribune. Ses larmes blanches militarisées contrastent avec celles de Mamie, silencieuses et ignorées, à travers des gros plans alternés des deux femmes. (Cette séquence se démarque également parce que les premiers épisodes en particulier semblent étrangement allergiques aux gros plans, même dans les moments profondément émouvants.)

Les lacunes de « Femmes du mouvement » remontent à la question de la concentration, une faille qui semble liée aux objectifs ludo-éducatifs de l’émission, et une question plutôt endémique aux docudrames dans leur ensemble. Le genre est en proie à une étrange politique de respectabilité en quelque sorte, un désir de maintenir un vernis d’impartialité et de véracité qui a quelque part été (à mon avis, faussement) lié à un sens particulier de la distance, une esthétique minimale et sèche dialogue bourré d’exposition. C’est comme regarder un manuel. C’est une étrange énigme, car ce sont les moments mêmes qui ne seraient pas dans un manuel qui frappent le plus durement dans cette série, comme lorsque le tourbillon de traumatismes et les procédures judiciaires se calment et que Mamie sanglote à cause d’une machine à laver cassée. Il y a juste assez de ces moments éparpillés dans la série pour faire comprendre à quel point il est dommage qu’il n’y en ait pas plus.

★★★★★

A lire également