Venice Film Festival 2022: A Couple, Bones and All, Master Gardener | Festivals & Awards

Actualités > Venice Film Festival 2022: A Couple, Bones and All, Master Gardener | Festivals & Awards

Par conséquent, après un saut brutal au-dessus de l’étang (plus de côtelettes sur le vol que j’aime normalement – mon pourcentage de « j’aime » est nul, mais c’était mauvais même selon les normes de vol expérimentés, je pense), je suis arrivé ici vendredi et j’étais pu voir un seul film, la nouvelle photo du vénérable documentariste Frederick Wiseman, qui était présent pour la première de « Un couple. » Il a 92 ans, donc je n’ai aucune raison de me plaindre de ma voyage, je pense.

Le temps ici est magnifique, soit dit en passant, chaud et avec un taux d’humidité qui ne bascule pas tout à fait dans l’inconfortable. C’est assez agréable que j’écrive ceci depuis la terrasse de mon hôtel sur le Lido, malgré le fait que les moustiques sont volumineux, affamés et effrontés et me dévorent quand je ne les écrase pas (l’un d’eux vient d’atterrir sur une de mes jointures – qui FAIT ça ?).

Cette image magnifique et émouvante est une courbe de fin de carrière de Wiseman. Tout d’abord, cela ne dure qu’une heure et change de durée – les documentaires immersifs de Wiseman, des examens des hiérarchies de pouvoir dans une variété de contextes de vie différents, atteignent parfois la barre des 200 minutes. Deuxièmement, ce n’est pas un documentaire, malgré tous les propos prononcés par des personnes réelles. Troisièmement, malgré le titre, une seule personne apparaît à l’écran.

Wiseman a écrit le film (qui est en français) avec l’actrice française protéiforme Nathalie Boutefeu, qui incarne ici Sophia Tolstoï, l’épouse de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Le monologue du film, tel qu’il est, a été tiré de son journal et de ses lettres, et des lettres que Leo lui a adressées.

Vêtu d’une tenue simple évoquant le tournant du 19e siècle au 20e, complétée d’un châle dont le motif floral correspond aux jardins qu’elle traverse parfois, la Sophia de Boutefeu s’adresse d’abord à son mari avec tendresse et nostalgie. Elle parle tantôt directement à la caméra, tantôt à la mer, ou au loin. Sa tendresse se transforme en indignation, puis en colère. Femme d’un talent non négligeable pour l’écriture, elle est lâchée dans le rôle de la femme du grand homme (en fait, elle a été la copiste de Leo pendant Guerre et Paix; considérez le potentiel d’irritation là-bas) et l’appelle non seulement pour cette raison, mais aussi parce qu’il montre plus de considération pour ses serfs que pour elle. « Le poète brûle et consume les autres », dit-elle, et elle n’a pas tort. Et finalement, elle revient à la tendresse et au désir. Le film est une œuvre remarquablement concentrée. Elégant, gracieux, volontairement hérissé.

★★★★★

A lire également