Upsettingly Suave and Disgustingly Cool: Pierre Perifel and Aaron Blabey on The Bad Guys | Interviews

Actualités > Upsettingly Suave and Disgustingly Cool: Pierre Perifel and Aaron Blabey on The Bad Guys | Interviews

Le ton cool est également donné par la partition de l’un de mes favoris, Daniel Pemberton.

PP : Il y avait une telle clarté sur ce qu’Aaron avait écrit, toute cette série de livres. Lorsque j’ai sauté dans le projet, nous avons rapidement compris ce à quoi nous voulions que ce film ressemble et se sente. Dès le début de notre première présentation de quelques storyboards, j’ai toujours voulu dire au studio quel genre de musique je voulais entendre pour le film, donc c’était toujours là dès le départ. Nous avons d’abord parlé de Tarantino, et ses bandes sonores sont très spécifiques, utilisent principalement des gouttes d’aiguille et des chansons de sa bibliothèque en ligne. Je voulais le faire au début, puis j’ai réalisé que c’était beaucoup plus difficile à faire que vous ne le pensez. Mais ensuite, quand j’ai proposé nos idées au superviseur musical d’Universal, le premier nom qui est venu était Daniel. Ils m’ont dit d’aller écouter ce que fait Daniel. Et j’ai écouté. J’étais comme, « Oh, mon Dieu, ce sont certaines de mes bandes sonores préférées. Oh oui, bien sûr. Je l’ai appelé et il se trouvait qu’il était à Los Angeles. Je lui ai présenté le film, et la première chose qu’il a faite a été de présenter quatre démos, quatre pistes, et bien sûr, étant Daniel, c’était parfait, cela correspondait exactement à ce que nous voulions. Daniel est la définition d’un génie. Et il nous livre l’une des partitions les plus incroyables que j’aie jamais entendues pour un film d’animation.

Il y a beaucoup de technologie très amusante dans le film. Si vous pouviez avoir un objet dans la vraie vie, quel serait-il ?

AB : Je veux la voiture.

PP : Tu as pris la plus facile, mon pote. Je veux le casque qui contrôle la pensée.

L’un de mes genres de films préférés est le film de braquage. Selon vous, quel est l’attrait durable? Pourquoi les aimons-nous tant ?

AB : C’est aussi l’un de mes préférés. C’est presque interactif d’une certaine manière, n’est-ce pas ? Vous êtes impliqué. Je suppose que cela déclenche probablement les mêmes parties du cerveau que vous regardez un mystère de meurtre ; vous essayez de comprendre les choses au fur et à mesure, ce qui est extrêmement engageant. Et ce qui a été si excitant dans ce projet, c’est que vous ne le voyez pas pour les enfants, vous ne le voyez pas dans l’animation. Donc, c’était vraiment magnifique d’ouvrir une sorte de nouveau genre pour un film familial.

PP : D’abord tu es du côté des méchants mais ensuite ils ne sont jamais vraiment méchants. Quand j’étais gamin en train de jouer aux flics et aux voleurs, j’ai toujours voulu être du côté du gangster parce que c’est un peu en dehors de la loi mais alors tu n’es pas vraiment mauvais. Mais l’autre partie, je l’assimile toujours à un tour de magie. Vous suivez une histoire et puis à la fin, boum, c’est la révélation de la façon dont ils l’ont fait. Et vous vous dites : « Oh, mon Dieu, je n’ai jamais vu ça venir, mais tout s’emboîte. » Et cela m’a toujours semblé si attrayant. C’est toujours des personnages super cool. Vous voulez être eux.

« The Bad Guys » sera disponible uniquement dans les salles le 22 avril.

★★★★★

A lire également