There There Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > There There Avis critique du film & résumé du film (2022)

Tourné au plus fort de la pandémie, alors que les restrictions étaient les plus strictes, « Là-bas » est composé de six scènes à deux personnages, interrompues par des intermèdes musicaux, jouées à l’écran par Jon Natchez dans divers décors intimes (un garage, un escalier , une cuisine). Les sept acteurs – Lili Taylor, Lennie James, Annie LaGanga, Avi Nash, Jason Schwartzman, Roy Nathanson et Molly Gordon – ont été filmés séparément (et tournés à distance par le directeur de la photographie Matthias Grunsky sur un iPhone). Personne n’était au même endroit au même moment. À tout moment, il n’y a qu’une seule personne à l’écran. La caméra ne bouge jamais. Ce processus inhabituel est parfois intéressant, mais parfois non, et il s’essouffle au fur et à mesure qu’il progresse.

Dans la première scène, les personnages sans nom de Lili Taylor et Lennie James sont allongés dans leur lit, heureux après une liaison. Il exprime le désir de la revoir. Elle est rebutée par son ouverture d’esprit, même si elle aussi s’est bien amusée. Soudain, elle parle de tueurs en série et il se demande ce qu’il est advenu de la rémanence. Dans la scène suivante, Taylor est assise dans un café avec son parrain AA (LaGanga), qui écoute avec irritation et incrédulité tandis que Taylor babille sur les croyances New Age de son ancien parrain. Comme une course de relais, dans la scène suivante, LaGanga rencontre le professeur d’anglais du lycée de son fils, une Molly Gordon débordée (qui semble elle-même à peine sortie du lycée). Le fils de LaGanga harcèle des filles en classe, prend des vidéos sous la jupe et demande à savoir pourquoi l’enseignant a perdu le contrôle de la classe. La scène crépite d’hostilité mutuelle, et c’est le point culminant de « There There ». C’est une confrontation émotionnelle intergénérationnelle.

Dans la scène suivante, un avocat (Schwartzman) consulte son client (Nash), un développeur dont la plate-forme est critiquée pour avoir hébergé de la pornographie (y compris, vraisemblablement, les vidéos du fils de LaGanga). La scène suivante montre l’avocat insomniaque « visité » par une apparition d’outre-tombe, et, dans la scène finale, Molly Gordon se saoule dans un bar et rencontre à la fois le techbro de Nash et Lennie James.

L’illusion que ces personnages sont dans le même espace en même temps ne se matérialise jamais (et peut-être que ce n’est pas censé le faire). Et l’idée que nous sommes séparés en petits groupes, même lorsque nous sommes réellement en présence les uns des autres, est sur la table, mais elle n’est pas explorée de manière particulièrement intéressante. Les limites imposées au tournage conduisent à des scènes qui ressemblent à une version étrange de deux personnes qui parlent. Cela ressemble à un dialogue, mais quelque chose ne va pas. L’air est mort et plat. Il y a eu d’autres films tournés en 2020 et 2021, des expériences en forme où la pandémie est présente, ne serait-ce que comme une menace tacite. « Inside » de Bo Burnham et « Bad Luck Banging or Loony Porn » de Radu Jude scintillent d’une sorte de danger nerveux et d’anxiété, le sentiment que l’humanité est arrivée au bord du gouffre. « There There » ne prend pas vie, même comme un exercice intellectuel ou artistique.

★★★★★

A lire également