homepage_adam-devine-john-goodman-edi-patterson-danny-mcbride-cassidy-freeman-4411702-3787658-jpg

The Righteous Gemstones Returns with Funny, Clever Second Season | TV/Streaming

Actualités > The Righteous Gemstones Returns with Funny, Clever Second Season | TV/Streaming

McBride incarne Jesse Gemstone, l’aîné des enfants d’Eli Gemstone (John Goodman), à la tête d’une série de méga-églises connues dans le monde entier. De manière à tracer la ligne entre cette émission et un petit succès de HBO appelé « Succession » encore plus que la première saison, Jesse et sa femme Amber (Cassidy Freeman) ont commencé à planifier son ascension vers le trône d’Eli, mais papa n’est pas tout à fait prêt à dites au revoir. Voulant son propre empire, Jesse s’associe à un prédicateur de la côte ouest nommé Lyle Lissons (Eric André) pour construire une destination de vacances religieuse nommée Zion’s Landing (pensez à Sandals mais avec plus de Jésus), mais papa n’approuve pas. Pendant ce temps, le passé d’Eli revient le hanter sous la forme de Junior (Eric Roberts), un ancien allié de Memphis qui sait où sont enterrés les corps. Ces corps pourraient intéresser un journaliste d’investigation nommé Thaniel (Jason Schwartzman), qui s’efforce d’être le Ronan Farrow du monde des télévangélistes. C’est un trio inspiré de stars invitées, qui ont toutes totalement le sens de l’humour de McBride.

Ce n’est que le début. Judy (l’hystérique et sans doute le voleur de séries Edi Patterson) obtient deux arcs principaux cette saison : le premier avec son mari BJ (Tim Baltz), qu’elle essaie d’amener davantage dans l’église, et le second avec le retour de Baby Billy (Walton Goggins) et sa femme enceinte Tiffany (Valyn Hall). Billy et Eli sont tous deux obligés de faire face à des chapitres sombres de leur passé cette saison, bien que l’intrigue secondaire de Goggins cette année soit un peu décevante par rapport à la première. C’est un peu trop cruel dans sa caricature du sudiste sans éducation avec Tiffany d’une manière que l’écriture intelligente de la série évite souvent (et Goggins ne revient même pas avant le quatrième épisode). L’arc du troisième enfant de Gemstone, Kelvin (Adam DeVine), qui a formé un groupe de disciples musclés qui finissent par se retourner contre lui, est également un peu décevant. Les blagues ici semblent répétitives et souvent plates.

Heureusement, l’écriture sur « The Righteous Gemstones » est si dense que chaque intrigue secondaire qui s’affaisse est équilibrée par une qui fonctionne. La saison est même étonnamment remplie d’action avec un certain nombre de scènes dans la moitié arrière qui ressemblent à un film Cannon des années 80 (c’est une bonne chose). Ce que j’admire le plus à propos de « The Righteous Gemstones », c’est la fréquence à laquelle l’écriture passe de la punchline attendue à quelque chose de complètement aléatoire. McBride et les réalisateurs David Gordon Green et Jody Hill jouent constamment à ce jeu : mettre en place un personnage, une scène ou une intrigue secondaire d’une manière qui donne l’impression qu’il a une destination prévisible, puis se retrouver ailleurs, et généralement dans un endroit beaucoup plus drôle que vous. pris en considération.

★★★★★

A lire également