The Outside Story Avis critique du film (2021)

Actualités > The Outside Story Avis critique du film (2021)

Elle est également la seule raison pour laquelle Charles quitte la maison, car il a promis d’honorer le parking de l’autre côté du parking de la rue pour sa voiture alors qu’elle se prépare à quitter sa place. Ce fléau de la circulation routière de l’existence de la région de New York est ce qui met l’histoire en mouvement. Après s’être désintéressé d’un manque de pourboire de la part de son livreur – la seule personne qui l’a vu régulièrement – Charles saisit accidentellement le mauvais jeu de clés et quitte sa maison pour chasser le gars et lui offrir un maigre dollar. La bonne intention le pousse à être enfermé dehors drapé dans un pull miteux et sans ses chaussures. Comme si cela ne suffisait pas, Charles est également sur une date limite de montage pour Turner Classic Movies. S’il ne peut pas rentrer à l’intérieur, et bientôt, il risque de perdre son emploi.

Ainsi commence son voyage à travers le quartier, renouant avec la vie à l’extérieur de son appartement. Nozkowski crée une comédie situationnelle douce et douce, entourant son rôle principal d’une multitude de personnages de soutien dont la bizarrerie attendue est aiguisée par une touche de salinité et une observation attentive. Bien sûr, tout le monde a une certaine sagesse à transmettre à Charles, mais la méthode et la réponse de Charles se déroulent de manière souvent inattendue. Une grande partie de cela provient des acteurs, qui préparent tous des repas à partir des plus petites pièces. Ils sont dans une orbite ludique autour de la digne et brillante étoile du film.

C’est une excellente vitrine pour Henry, qui entreprend sa première performance majeure après des tours de soutien mémorables dans l’émission télévisée «Atlanta» et dans des films comme «Si Beale Street pouvait parler». Son autre travail montre un talent à la fois pour la comédie et le drame, et Charles contient une multitude des deux. Henry m’a toujours rappelé le regretté Robin Harris, dont la grande voiture physique vibrait également avec assurance et fanfaronnade. Comme Harris, Henry peut cracher les lignes les plus salées et les plus ridicules avec une joie pécheresse, mais ses yeux seuls peuvent véhiculer un pathétique comme la meilleure des stars du cinéma muet. Nous savons qu’il doit y avoir une scène où Charles se «décolle», c’est-à-dire qu’il revient à la vie. Mais «The Outside Story» n’en fait pas un geste grandiose. Au lieu de cela, le film le décrit comme un moment de silence de la part d’Henry. La caméra reste sur son visage et sa réponse est à la fois déchirante et édifiante. C’est une belle performance, une carte de visite pour les rôles principaux à venir.

★★★★★

A lire également