The Connection: Jennifer Hudson on Respect | Interviews

Actualités > Critiques et avis > The Connection: Jennifer Hudson on Respect | Interviews

Le film, très habilement réalisé avec un vrai flair visuel par Liesl Tommy, une réalisatrice de théâtre et de télévision faisant ses débuts au cinéma, se déroule rapidement pendant deux heures et demie et est ancré par une performance fantastique de Hudson, le meilleur jusqu’à présent dans sa carrière. Et, depuis la semaine dernière, il y a eu un fort buzz que Hudson est un shoo-in pour une nomination aux Oscars de la meilleure actrice pour sa performance.

Pour Hudson, le film est une validation de sa vie jusqu’à présent et des liens qu’elle ressent avec la vie de Franklin. Née dans le quartier sud de Chicago dans le quartier notoire d’Englewood, Hudson est devenue une sensation du jour au lendemain lorsqu’elle est devenue finaliste en 2004 lors de la troisième saison de « American Idol ». À peine deux ans plus tard, elle remporte l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son rôle d’Effie White dans « Dreamgirls ». Des triomphes personnels dans la musique, le cinéma, la télévision et Broadway ont suivi, ainsi que des tragédies personnelles, mais « Respect » représente un nouveau niveau d’accomplissement pour Hudson. Elle a récemment parlé à RogerEbert.com sur les liens qu’elle avait avec Franklin, l’importance du film pour elle et ses défis.

Y a-t-il eu un sentiment de pression en faisant « Respect » ? Après tout, ce n’est pas un biopic ordinaire, mais un film sur une légende et une véritable icône musicale. Vous savez qu’il y aura beaucoup de gens qui vous jugeront si vous avez bien compris, ou si vous avez le « côté œil » en jouant la reine de la soul.

[laughs] Il y a un peu de ça. C’est la chose la plus excitante et la plus effrayante à la fois. Mais, pendant le tournage, tout le monde me disait « Tu as l’air si calme ». Je ne pouvais pas penser à ça au milieu du tournage. Mais maintenant? Ça me frappe maintenant, c’est toutes ces choses.

Ce n’est un secret pour personne qu’Aretha Franklin a une vie troublée très dramatique et dans le film, vous avez un certain nombre de scènes émotionnelles intensément dramatiques. Comment vous préparez-vous pour faire une scène comme ça ? Il faut entrer dans un état d’esprit.

Oui! Ce sont bien sûr les scènes les plus difficiles à faire. Ils étaient les plus émouvants et les plus épuisants, et cela vous tire le meilleur parti. C’est donc pour ces raisons que la plupart des nuits précédentes, j’ai peut-être dormi un peu plus longtemps. [laughs] Mais ça vaut le coup. Et, pour moi, c’est la partie de la connexion des choses qu’elle a vues et vécues. Au début, les gens pensaient « Oh, Jennifer chante et joue », mais ce n’est que lorsque j’étais au milieu de ces scènes que je me suis dit « Dang ! C’était comme ma propre vie ! J’avais triomphé. Je ne pense pas que j’aurais pu le dire autant en profondeur et à partir d’un endroit vulnérable. Donc ce sont les choses que je dirais m’ont aidé et dont je pourrais tirer.

★★★★★

A lire également