homepage_the-blazing-world-movie-review-2021-7323090-9273097-jpeg

The Blazing World Avis critique du film (2021)

Actualités > The Blazing World Avis critique du film (2021)

« The Blazing World » ne s’inspire que vaguement du livre du même titre de Margaret Cavendish. L’idée principale du livre, qu’il existe un monde au-delà du nôtre, fournit le point de départ pour ce qui se passe ensuite. Dans cette nouvelle dimension, Margaret doit accomplir des tâches avant de pouvoir rejoindre sa sœur. Les défis la mettent face à face avec des versions fantastiques de ses parents et des interprétations fantastiques de leurs problèmes. Le royaume fantastique inquiétant devient moins un lieu d’espoir d’un avenir avec sa sœur, mais plutôt un lieu pour Margaret de traiter son traumatisme parental. Cependant, Young, qui a co-écrit le scénario avec Pierce Brown, ne parvient pas à dépasser ce concept de base et remplit plutôt le temps avec des plans qui semblent auto-indulgents. Il y a des moments où la caméra s’attarde sur elle alors qu’elle pleure, se bat ou fait une crise de colère qui commence à devenir un peu idiote à mesure que les plans s’allongent. Leur but est de lui donner le temps de briller, mais la performance de Young n’est pas à la hauteur. Kier donne une performance originale de type Goblin King en tant que Lained, mais même cela ne suffit pas pour racheter le film. Les effets CGI bon marché et les flashs étranges sur les monstres et les gros plans aléatoires affaiblissent encore plus le film, suffisamment pour que la cinématographie infusée au néon de Shane F. Kelly et la conception de la production de Rodney Becker ne puissent pas détourner l’attention de la cacophonie à l’écran, qui inclut les sons du producteur de musique et mari musicien de Young, Isom Innis.

L’illusion du film commence à s’effondrer lorsque l’on imagine un autre monde, mais il y a des signes avant-coureurs dès les premières scènes du film. C’est une séquence indulgente qui prend vraiment son temps pour se construire jusqu’à la tragédie, un peu comme l’esprit « Antichrist » de Lars von Trier, mais mal rythmée et mise en scène. Il y a d’autres indices visuels tirés de films comme « The Shining » de Stanley Kubrick, comme lorsque l’eau coule comme du sang des ascenseurs de l’hôtel, et « Pan’s Labyrinth » de Guillermo del Toro, dans le monstre qui clignote à l’écran plus de parfois. Mais « The Blazing World » partage également beaucoup de points communs avec « Alice au pays des merveilles » et « Labyrinth ». Il s’agit chacun de filles ou d’adolescentes curieuses se retrouvant dans un monde différent du leur, utilisant parfois le fantasme pour échapper aux emprises froides de la réalité. Mais ces influences contiennent un élément d’émerveillement aux yeux écarquillés qui manque dans « The Blazing World ». Il s’agit moins de curiosité et de mystère que de la dure réalité à laquelle Margaret est confrontée.

« The Blazing World » est court sur le plan narratif et visuel, ne s’appuyant pas assez sur ses possibilités stylistiques pour laisser une impression au-delà de ses crédits. C’est de la fantaisie pour la thérapie, et il n’y a pas de romance ou de joie à imaginer un monde meilleur. Tout est dans un but, un objectif final, perdre ce qui peut être gagné du voyage lui-même.

★★★★★

A lire également