TCM Film Festival 2022: Highlights of Getting Back to the Big Screen | Festivals & Awards

Avec la pandémie de COVID-19 forçant l’annulation des festivals en personne depuis 2020, la joie de retrouver d’autres fans de films classiques était tangible. Comme l’a observé l’historien du cinéma Alan K. Rode dans son introduction au western souvent négligé « The Gunfighter » (1950) : « Ce [the TCM Classic Film Festival] n’est pas qu’un événement, ce n’est pas qu’un festival, c’est la vie.

Les événements marquants comprenaient des restaurations en première mondiale de « Giant » (1956), « A Star Is Born » (1937) et « Topkapi » (1964), et « Spartacus » (1960) dans une impression 70 mm en première mondiale, « Spy Smasher Strikes Back » (1942), présentée comme une « réimagination en première mondiale », et « I the Jury » (1953) en 3D. Les autres principales attractions ont été les retrouvailles des acteurs de « Cooley High » (1975), « Diner » (1982) et « A League of Their Own » (1992). De plus, il y a eu des apparitions de célébrités hollywoodiennes telles que Kevin Bacon, Diane Baker, Warren Beatty, Richard Benjamin, le réalisateur-producteur Tony Bill, le directeur de la photographie Ernest Dickerson, Jane Fonda, Pam Grier, Tess Harper, Margaret O’Brien, John Sayles , le réalisateur Michael Schultz, Jane Seymour, le producteur-réalisateur George Stevens Jr. et Steven Spielberg.

Sur le tapis rouge de la soirée d’ouverture du festival, la projection du 40e anniversaire de « ET, l’extra-terrestre » (1982) au TCL Chinese IMAX, le réalisateur d’un autre monde a révélé un rebondissement peu connu : l’acteur Harrison Ford a scellé l’affaire pour  » ET » Spielberg voulait que Melissa Mathison, sur une lancée après son premier effort, « The Black Stallion » (1979), puis datant de Ford, écrive « ET » puisque Spielberg lui-même était lié à d’autres engagements. « J’avais travaillé sur la majeure partie de l’histoire et j’avais besoin d’un écrivain pour l’écrire avec moi, ou l’écrire simplement en fonction de l’histoire », a déclaré Spielberg à Indiewire. « Je lui ai dit mon idée ‘ET’. Et elle a dit : ‘Je ne suis plus intéressée par l’écriture. C’est trop dur.’ Elle m’a refusé. Ensuite, Spielberg a demandé à Ford d’intervenir. Le lendemain, Mathison a dit à Spielberg : « ‘OK, tu as tellement excité Harrison à ce sujet. Qu’est-ce que j’ai raté ?’ » Le reste appartenait à l’histoire.

Les anciennes stars de l’enfant « ET » Drew Barrymore (Gertie) et Henry Thomas (Elliott), qui devaient auparavant apparaître lors de la soirée d’ouverture, ont été annulées à la dernière minute. Dans le public se trouvaient d’autres membres de la distribution et de l’équipe « ET », tels que Dee Wallace (la mère d’Elliott et Gertie), les anciens enfants acteurs Robert MacNaughton et JC Martel et le concepteur sonore Ben Burtt (qui a remporté un Oscar pour son montage d’effets sonores sur « ET ”).

D’autres moments qui ont gagné des places sur la bobine de clip du festival :

Aventures au paradis pré-Code : Lançant la profusion de films du festival produits avant l’entrée en vigueur du Motion Picture Production Code en 1934, l’historienne-cinéaste Cari Beauchamp a intitulé « Jewel Robbery » (1932), avec Kay Francis (en tant qu’épouse trophée) et William Powell (en tant que voleur débonnaire et séductrice), un « coup de cœur, un film sur une femme déchirée entre deux passions : les hommes et les bijoux ». Il se classe là-haut, a-t-elle dit, avec les films d’Ernst Lubitsch pour son dialogue risqué », citant des lignes telles que « A l’aube, nous aurons un secret derrière nous » et « Je vole toute la journée à la recherche de nourriture, de bijoux, d’excitation. … Le matin, un cocktail. L’après-midi, un homme.

A lire également