Studio 666 Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Studio 666 Avis critique du film & résumé du film (2022)

« Studio 666 » est tout au sujet de l’esprit créatif, dans ce cas, un possédé. Afin d’enregistrer leur dixième album, Grohl et ses camarades (Taylor Hawkins, Rami Jaffee, Chris Shiflett, Pat Smear et Nate Mendel) se terrent dans une maison à Encino, dont ils apprennent que trop tard est un piège mortel sacré. Au début, c’est la fixation de Grohl sur l’acoustique pour un son de batterie qui vient avec une résonance effrayante ; plus tard, c’est une possession démoniaque à part entière lorsqu’il s’aventure dans un donjon caché, après avoir écouté de la musique enregistrée par un groupe qui a déjà séjourné dans la maison dans les années 90 avant d’être brutalement assassiné. Dans les gaffes de ce script sur l’ego et la musicalité, un Grohl au jeu étrange demande ensuite à son groupe confus d’enregistrer les idées de plus en plus étranges qu’il a dans sa tête, y compris un riff (génial) dans cette tonalité de « L dièse ». Soudain, ils ne travaillent plus sur un album mais sur une chanson, une chanson qui devient plus longue, plus lourde et plus mortelle à mesure qu’elle est terminée.

Réalisé par BJ McDonnell, « Studio 666 » prospère certainement grâce à son casting, et il est facile de voir comment cette prémisse d’un groupe perdant la tête à cause de l’ego de son leader ne serait pas aussi drôle si ce n’étaient pas de vrais musiciens qui le traversaient comme un épisode satanique de « Scooby-Doo! ». Mais Grohl a suffisamment de charisme fou au centre, qu’il soit le chef de groupe hyper qui court toujours vers ses camarades de groupe comme s’il était leur entraîneur-chef plein d’entrain, ou s’il est possédé par un esprit maléfique et exploite chaque partie de son Jack Black intérieur. Quoi qu’il en soit, l’élasticité de Grohl ouvre un avenir dans le jeu d’acteur, qu’il veuille jouer des personnages plus stupides comme des papas ou des monstres à crocs. Et il fait un grand front plissé.

La comédie dans « Studio 666 » montre un sens de l’humour prometteur mais le sous-estime. Parfois, il y a des apartés loufoques comme dans un moment inspiré de Lionel Richie, ou quelques séquences drôles sur la possession qui doivent à « What We Do in the Shadows » de Taika Waititi. Mais à part les blagues amusantes de Grohl sur sa célébrité (« Le meilleur parking quand je veux pour l’éternité ! », se vante-t-il), ce n’est tout simplement pas aussi drôle que cela pourrait l’être ; vous voulez qu’il soit plus étrange, plus aléatoire, car il a si peu à perdre. Will Forte et Whitney Cummings apparaissent pour de brèves parties comiques de soutien, et ce sont aussi des blagues faciles sur les fans ou les groupies en herbe. Les offres comiques les plus faibles du film proviennent des plaisanteries forcées entre les différents Foo Fighters, qui montrent à quel point les camarades du groupe trouvent un confort à l’écran en étant soit raides, soit martelés.

★★★★★

A lire également