No Man’s Land Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > No Man’s Land Avis critique du film & résumé du film (2021)

Le titre tire son nom de la section de terrain qui est au nord du Rio Grande mais au sud de la barrière frontalière. C’est là que Jackson Greer et sa famille d’Allyn ont un élevage de bétail. Un lanceur talentueux, Jackson est repéré par les Yankees de New York pour un éventuel contrat de ligue mineure de baseball, que ses parents (Grillo et MacDowell) considèrent comme son ticket pour un avenir prospère.

Une confrontation le long de la frontière met cependant en péril cette perspective passionnante. Alors qu’ils patrouillent dans leur propriété, Jackson, son père et son frère aîné (Alex MacNicoll) découvrent un groupe d’immigrants mexicains qui tentent de pénétrer aux États-Unis au milieu de la nuit. Leur chef est Gustavo (Jorge A. Jimenez), qui ne fonctionne pas comme un coyote mercenaire mais comme un berger au bon cœur essayant d’aider ses compagnons d’église. Les tensions éclatent dans l’obscurité et Jackson tire et tue accidentellement le fils adolescent de Gustavo, Fernando (Alessio Valentini). Alors que son père essaie de prendre le blâme et que le Texas Ranger local (Lopez) se méfie, Jackson saute sur son cheval et traverse la rivière dans la panique.

Et nous avons donc une histoire d’immigration inversée, qui semble à la fois nouvelle et semblable à celle des westerns classiques – des histoires d’hommes désespérés en danger cherchant refuge au sud de la frontière. C’est une histoire fascinante à raconter à ce stade précis de l’histoire de notre pays, alors que tant de sectarisme et de cruauté sont infligés aux familles qui tentent de se frayer un chemin ici à la recherche d’une vie meilleure. Mais pour quelqu’un qui a grandi dans cette région, Jackson ignore étonnamment la culture mexicaine. Comme le personnage de Liam Neeson dans «The Marksman» de la semaine dernière, qui a un ranch à la frontière Arizona-Mexique, Jackson a réussi à éviter d’apprendre l’espagnol, ce qui est tout simplement bizarre.

Une fois qu’il a pénétré plus profondément au Mexique, Jackson apprécie la beauté tranquille de certaines vues saisissantes du désert (le travail du directeur de la photographie Juan Pablo Ramirez). Mais il prend aussi son temps pour aller d’un endroit à l’autre en quête de paix et de pardon, ce qui sape le film du suspense dont il a cruellement besoin. Et à l’exception d’un personnage de coyote qui est caricatural dans sa méchanceté, chaque personne qu’il rencontre est sainte dans sa gentillesse et sa générosité – ce qui est une simplification excessive dans la direction opposée de la manière stéréotypée dont les personnages mexicains sont trop souvent représentés dans les films et la télévision. Alors qu’il s’aventure vers la ville natale de Fernando, Guanajuato, au cœur du Mexique central, il rencontre un couple pauvre et âgé qui partage leur repas avec lui et une mère célibataire et son jeune fils dans un bus, à qui il lit Les Aventures de Huckleberry Finn dans la connexion la plus maladroite et la plus artificielle du film. Mais un bref arrêt dans un ranch de chevaux chic est convaincant, car cela permet à Jackson de montrer ses capacités naturelles en tant qu’entraîneur. Cet étirement donne à Allyn une chance de révéler une personnalité réelle à son personnage, et il trouve un rythme engageant qui est insaisissable ailleurs, suggère le meilleur film qui aurait pu être.

★★★★★

A lire également