Neil Patrick Harris Gets His Gay Groove Back in Darren Star’s Frothy Sitcom Uncoupled | TV/Streaming

Actualités > Neil Patrick Harris Gets His Gay Groove Back in Darren Star’s Frothy Sitcom Uncoupled | TV/Streaming

Pourtant, il trouve du réconfort dans d’autres connards à la fois littéraux et métaphoriques, dont le dernier comprend Claire de Marcia Gay Harden, une cliente riche mais difficile qui vend son appartement après que son propre mari se soit enfui avec une femme plus jeune. Harden est amusant dans le rôle, bien qu’il soit certes exaspérant de faire d’une telle icône gay (c’est en son nom !) une femme conservatrice drôle qui se moque des pronoms.

Cela dit, la série ne peut pas échapper à la Darren Star-ness de tout cela, ne s’arrêtant que légèrement pour faire un clin d’œil au privilège ostentatoire dans lequel nos personnages s’engagent avant de s’en délecter sans critique. Franchement, il est difficile d’avoir trop de pitié pour les tentatives furtives de Michael de réintégrer la scène des rencontres quand A) les connexions lui sont faciles et aérées au cours des huit épisodes de la première saison, et B) ses plus grandes inquiétudes matérielles sont de savoir s’il sera capable de se permettre d’acheter la moitié de Colin de leur appartement orné et bien meublé de Manhattan. Oui, c’est un coup dur de voir l’amour de votre vie vous quitter après la moitié de votre vie ensemble. Mais la série ne fait pas grand-chose pour établir ce qu’ils ont vu l’un dans l’autre en premier lieu, ce qui rend les obsessions de Michael tout au long de la saison quant à savoir si Colin voit quelqu’un d’autre se sentir comme une perte de temps.

Le casting de soutien fait beaucoup avec un peu, rendant des archétypes finement esquissés avec juste assez de vie pour soutenir leurs scénarios respectifs. Tisha Campbell est une huée en tant que partenaire commerciale de Michael, Suzanne. Cependant, elle est moins intéressante autour de Harris que dans sa propre intrigue secondaire sur son fils adulte Kai exprimant le désir de connaître enfin son père biologique (quelque chose qu’elle ne sait même pas ; c’est un peu une situation « Mamma Mia! »). Alors que l’émission prend un peu trop de coups au poids d’Ashmankas à mon goût, le désespoir de Stanley d’être vu et aimé à son âge ressemble à une version plus convaincante de l’émission que nous regardons si nous nous sommes concentrés sur lui : un homme qui bucks les normes corporelles centrées sur les minets de la vie amoureuse gay et qui en souffre de manière réaliste.

Entre ces moments, « Uncoupled » est un peu trop écoeurant et ringard dans ses rythmes de sitcom pour atterrir. Le dialogue est léger et ironique, mais s’appuie trop sur des jeux de mots grinçants comme « Je mets le ‘mono’ dans la monogamie » et des blagues ricanantes sur les hommes atteints d’un cancer du sein. Et ses moments poignants tombent à plat parce que les enjeux autour de ses protagonistes riches de New York semblent si légers (surtout compte tenu du cliffhanger trop prévisible qui termine cette première saison).

La meilleure chose que je puisse dire à propos de « Uncoupled » est qu’entre ses discussions franches sur la PrEP, la logistique du sexe anal et les expositions explicites d’art gay vintage à la Tom of Finland, Star profite au moins du manque de prime time de Netflix. lubricité. Mais cela semble trop petit, trop tard, et il est peu probable qu’il ouvre les yeux de qui que ce soit d’autre que le groupe urbain à qui il s’adresse : des gays à six chiffres avec des maisons d’été dans les Hamptons.

Saison complète projetée pour examen.

★★★★★

A lire également