Mrs. Harris Goes to Paris Avis critique du film (2022)

Actualités > Mrs. Harris Goes to Paris Avis critique du film (2022)

Cela aide que l’héroïne titulaire Ada – une veuve de guerre basée à Londres, qui joint les deux bouts en tant qu’humble femme de ménage – soit jouée par la toujours séduisante Lesley Manville, une interprète à la fois d’une grâce sans effort et d’une vigueur inflexible. Il est impossible de ne pas rappeler son personnage de « Phantom Thread » ici, étant donné que les deux films sont des années 50, des sorties axées sur la couture. Mais l’affable Mme Harris est aux antipodes de Cyril, chef d’acier de la House of Woodcock, aux talons cliquables et à l’attitude sensée. Au contraire, l’infatigable bienfaitrice Ada est aussi chaleureuse qu’un être humain peut l’être. Et Manville s’assure si rapidement la bonne volonté du public que vous ne vous demandez pas, même une seconde, pourquoi une femme de ménage travailleuse avec des moyens limités dépenserait toutes les économies de sa vie pour une indulgence superflue comme une robe de créateur. Après tout, c’est un conte de fées léger et qui peut dire que le rêve de Mme Harris – celui qu’elle acquiert dès qu’elle pose les yeux sur une robe Dior appartenant à l’un de ses riches clients pour la première fois – n’est pas aussi valide que les poursuites romantiques de quelqu’un?

En effet, la mode est synonyme d’amour dans « Mrs. Harris Goes to Paris », qui comprend en profondeur pourquoi une belle robe ou une tenue de la tête aux pieds peut ressembler à une armure d’invincibilité. (Sur cette note, même avec son petit budget, Ada n’est jamais moins que polie, ou même un peu fantaisiste, avec ses jolis imprimés et ses fleurs pleines d’espoir qui dominent ses vêtements de jour.) Donc, vous enracinez sans équivoque l’objectif de Mme Harris, surtout une fois elle économise suffisamment d’argent avec un peu d’aide de ses amis et étrangers qu’elle gagne constamment. Et après une série de paris hasardeux et d’activités étranges comme des courses de chiens, Ava se retrouve à la légendaire maison Dior, légendairement sur l’avenue Montaigne.

Le script ne s’attarde pas tellement sur les détails logistiques et la plausibilité. À cet égard, ne demandez pas comment un civil Pollyanna-esque qui ne ressemble pas vraiment au hautain type Dior se promène avec désinvolture dans la maison du créateur et avant que vous ne le sachiez, se mêle à la chef de la marque Claudine Colbert (Isabelle Huppert, donnant à Cyril Woodcock en a pour son argent), le beau comptable de la marque André (Lucas Bravo) et la top model Natasha (Alba Baptista). Pourtant, c’est exactement ce qui se passe une fois que le beau prétendant Marquis de Chassagne (Lambert Wilson) soutient ouvertement Mme Harris et l’invite à le rejoindre lors du prochain défilé de mode de la marque.

★★★★★

A lire également