Money Heist: Korea Pulls Off a Daring TV Caper | Black Writers Week

Actualités > Money Heist: Korea Pulls Off a Daring TV Caper | Black Writers Week

L’équipe est dirigée par un homme connu uniquement sous le nom de professeur (Yoo Ji-tae). La plupart des voleurs sont des étrangers les uns pour les autres et chaque voleur prend le nom d’une ville pour que cela reste ainsi. Il y a Belin (Park Hae-soo), Moscou (Lee Won-jong), Denver (Kim Ji-hun), Nairobi (Jang Yoon-ju), Rio (Lee Hyun-woo), Helsinki (Kim Ji-hoon), et Oslo (Lee Kyu-ho), chacun avec des compétences et une expertise spécifiques. Au cœur de l’histoire se trouve Tokyo (Jun Jong-seo), une jeune femme qui a quitté la Corée du Nord avec l’espoir et la promesse de ce qu’un pays unifié pourrait apporter. Malheureusement, elle tombe sur des moments difficiles et est «sauvée» par le professeur en tant que recrue pour cette câline. Avoir Tokyo comme narrateur et personnage central est un moyen intelligent d’inviter le public dans le schéma et de créer une intrigue quant à qui elle est vraiment et à ses motivations.

Les conteurs font un excellent travail en nous fournissant un plan détaillé pour voler l’argent. Ils savent qui sera à la Monnaie, comment pirater la sécurité, comment mettre en place des communications externes et l’agencement de la Monnaie. En plus d’être essentiels à la réussite du projet, les détails sont une question de vie ou de mort. Ainsi, il semblerait que les scénaristes auraient accordé le même niveau d’attention au tempérament et aux personnalités de l’équipage. Il est inconcevable que le professeur privilégie les compétences à la compatibilité ou à la santé mentale. Pensait-il vraiment que ces personnes seraient capables de travailler ensemble ou est-ce que cette volatilité fait partie du plan ? D’une certaine manière, cette incertitude est ce qui crée des tensions et m’a fait attendre le prochain défi.

La rigidité de cette série se trouve dans ses relations. Sur place, il y a une lutte entre Berlin et Tokyo pour savoir qui devrait diriger. Les alliances vont et viennent au fur et à mesure que l’équipage en apprend davantage sur l’autre au fur et à mesure que les défis se présentent. Et cette promesse de ne tuer personne est menacée à chaque étape, selon qui est en charge. Il y a aussi des drames parmi les otages. L’une est la fille d’un diplomate américain, ce qui en fait une monnaie d’échange majeure dans les négociations. Un autre otage important est le directeur de la Monnaie qui a une liaison avec l’un de ses subordonnés. Il est complice et prêt à sacrifier n’importe qui si cela signifie qu’il peut s’échapper. Hors site, le professeur a mis au point un moyen de se connecter et d’influencer le négociateur d’otages. Leur relation est audacieuse et menace de démêler le plan à la base. On peut venir pour le câlin mais on restera pour les personnages. Ils sont tous intéressants individuellement mais dynamiques collectivement.

« Money Heist: Korea – Joint Economic Area » est ambitieux pour son plan, excitant pour les rebondissements, invitant pour ses personnages, et est tout simplement addictif. Avec seulement la moitié de la première saison projetée pour la presse, j’ai hâte de voir ce qui arrivera à l’équipe et s’ils sont capables de s’en sortir.

Six épisodes projetés pour examen.

★★★★★

A lire également