I’m Fine, (Not) Really Avis critique du film (2022)

Actualités > I’m Fine, (Not) Really Avis critique du film (2022)

Malheureusement, il existe de nombreux obstacles que cette émission spéciale – qui ne peut pas vraiment être qualifiée de long métrage en seulement 45 minutes – a intégré son chemin vers l’illumination. Comme l’a écrit Roger Ebert, « ce n’est pas le sujet d’un film, c’est comment il est », et bien que ce documentaire ait un sujet quatre étoiles, il ne gagne que la moitié de cette note pour son exécution. Une quarantaine d’athlètes d’élite ont été interviewés par Roberts pour ce programme, ainsi que d’éminents experts, des lycéens et diverses personnes surnommées « superfans » qui ne sont désignées que par leurs prénoms. Cette surabondance de têtes parlantes se traduit par un éventail haletant d’extraits sonores avec des coupes sautées qui vident le silence – et donc la nuance – entre les mots. Dans de nombreux cas, la réponse d’un sujet en larmes est accompagnée d’une partition extrêmement intrusive qui déprécie instantanément le moment, comme si le film lui-même était trop timide pour s’attarder dans l’émotion qu’il est censé défendre. Cette spéciale d’un autre laissez-passer dans la salle de montage a tellement désespérément besoin qu’elle coupe un commentateur de nouvelles à mi-mot autour de la marque des trois minutes. C’est le genre d’erreur de base qui pourrait facilement être modifiée.

Toute séquence de trente secondes de « Je vais bien, (pas) vraiment » pourrait être extraite et diffusée comme une promotion parfaitement adéquate pour le Mois de la sensibilisation à la santé mentale, mais en tant qu’œuvre cohérente, le manque de concentration du programme fait que son message devient rapidement répétitif et désinvolte. Si Roberts avait pris le temps de nous impliquer dans les détails de l’expérience d’un sujet particulier, il aurait construit son cas beaucoup plus efficacement. Ni la joueuse de tennis de premier plan Naomi Osaka ni la gymnaste olympique record Simone Biles, dont les décisions controversées de se retirer des compétitions au sommet de leurs pouvoirs pour se concentrer sur leur santé mentale, ne figurent parmi les personnes interrogées, bien qu’il soit clair que leur notoriété les décisions sont ce qui a lancé cette conversation nécessaire et en retard. Roberts illustre puissamment le racisme des commentateurs masculins blancs en colère qui disent avec condescendance à Biles qu’elle devrait avoir honte d’avoir donné la priorité à sa santé. La seule fois où nous voyons Roberts défier un sujet d’interview, c’est lorsqu’il interroge la superfan Kimberly sur son affirmation selon laquelle elle aurait « aidé » Osaka si elle avait été ouverte sur ses difficultés, comme si l’athlète et l’admirateur étaient des amis proches. Cela en dit long sur l’importance que les athlètes peuvent avoir pour ceux qu’ils divertissent et sur la façon dont cela peut les amener à devenir la cible d’attentes exagérées.

Un exemple flagrant de l’exploration superficielle par le film de son propre sujet est son incapacité à fournir plus qu’un coup d’œil sur les raisons pour lesquelles Biles a dû se retirer de la finale par équipe aux Jeux olympiques de 2021. En plus d’être gêné par le phénomène désorientant connu sous le nom de « les twisties », Biles était également aux prises avec le traumatisme d’être parmi les plus de 300 athlètes féminines abusées sexuellement par le docteur américain en disgrâce Larry Nassar, qui a ensuite été condamné à la prison à vie. Les témoignages filmés de ces survivants d’abus lors de son procès, qui ont été relatés dans le grand documentaire de Bonni Cohen et Jon Shenk de 2020, « Athlète A », sont parmi les discours les plus puissants et les plus courageux jamais prononcés. En s’unissant pour parler de ce qui leur est arrivé, ces femmes ont récupéré leur santé mentale, entre autres facettes essentielles d’elles-mêmes, tout en encourageant les autres à faire de même. Pourtant, tout ce que nous voyons de cela dans « I’m Fine, (Not) Really » est une image fugace de Nassar qui est accompagnée d’une vague référence à « tous les trucs sexuels qui se sont produits ». Telle est la nature surchargée de ce projet, qui n’a pas le temps de rendre justice à l’une des questions louables qu’il soulève.

★★★★★

A lire également