homepage_hotel-transylvania-transformania-movie-review-2022-7107356-8889949-jpeg

Hotel Transylvania: Transformania Avis critique du film (2022)

Actualités > Hotel Transylvania: Transformania Avis critique du film (2022)

Le père célibataire dévoué Drac (Brian Hull remplaçant Adam Sandler) n’a jamais été à l’aise avec son gendre humain Johnny (Andy Samberg). C’est plus que la simple différence entre les monstres et les humains. Drac est par nature retenu, anxieux et résistant au changement tandis que Johnny est exubérant, aventureux et impulsif. À l’ouverture du film, l’hôtel célèbre le 125e anniversaire de l’hôtel et Drag s’apprête à céder l’hôtel à sa fille, Mavis (Selena Gomez, aujourd’hui productrice du film et star) et Johnny. Mais la réaction enthousiaste de Johnny et ses plans de changement le font reconsidérer. Drac ment à Johnny, lui disant qu’il leur donnerait l’hôtel, mais. La « loi immobilière » interdit le transfert de propriété à un être humain. Johnny ne veut pas décevoir Mavis, alors il visite impulsivement le laboratoire du sous-sol du savant fou Van Helsing (Jim Gaffigan), qui se trouve avoir un rayon transformant sous la main. Prudemment, il le teste d’abord sur un vrai cobaye. Satisfait des résultats monstres, il l’entraîne sur Johnny, qui est ravi de son nouveau moi monstre ressemblant à un dragon.

Lorsque le rayon frappe accidentellement Drac, cependant, les résultats ne sont pas aussi bienvenus. Pas de pouvoirs ! Pas de crocs ! Cheveux dégarnis! Et le pire de tout, un papa bod ! Parlez de terrifiant! Le cristal magique de fabrication de monstres se brise, et la seule façon de les ramener à leur forme d’origine est d’en trouver un autre, en suivant un GPS monstrueux dans une forêt tropicale d’Amérique du Sud. Et donc, c’est un road movie, avec deux personnes très différentes, maintenant soudainement différentes d’elles-mêmes ainsi que l’une de l’autre, apprenant à travailler ensemble en cours de route.

Cela fait partie de ce qui le rend si amusant, car les personnages sont si loin de leur sens le plus fondamental de qui ils sont. Drac passe de la fureur frustrée de ne pas pouvoir voler ou utiliser le contrôle de l’esprit, au plaisir de vivre ce qui nous semble très ordinaire : la lumière du soleil. C’est peut-être un vampire, mais il est horrifié lorsqu’il est confronté à une autre espèce de suceurs de sang : les moustiques.

L’animation est exceptionnellement détaillée, souple et dynamique. L’interaction des images avec l’action et le dialogue ajoute de l’emphase et des rebondissements intelligents qui récompenseront un deuxième et un troisième visionnage. Il y a une plasticité vive des personnages suffisamment exagérée pour profiter de l’imagination sans limite de l’animateur tout en restant totalement cohérent avec la réalité interne du monde où, après trois autres films plus des courts métrages et des jeux vidéo avec ces personnages, on se sent chez soi . La gestuelle et les mimiques sont hilarantes mais toujours au service de l’histoire et du personnage.

★★★★★

A lire également