Gaia Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Gaia Avis critique du film & résumé du film (2021)

« Gaia » est riche de références, Cœur des ténèbres étant le plus évident. Il y a aussi des nuances de « Deliverance » (tous ces arcs et flèches et ces blessures en pleine nature, sans parler d’une rencontre avec un « Autre » imparable), et des nuances de « The Mosquito Coast », où un père fou tient son fils naïf (et tout le monde autour de lui) sous l’emprise, plus chef de secte que parent. « Gaia » est aussi, avec quelques bizarreries, un bon film de monstres à l’ancienne. Mais le film prépare quelque chose de bien au-delà d’un simple exercice croisé. Les avertissements sur ce que l’humanité a fait à la puissance terrestre « Gaia » avec urgence et terreur, mais Kapp complique les choses en mettant le « sermon » sur la dévastation de l’environnement dans la bouche d’un fanatique, criant à propos de toutes les « putains et fausses déesses » vivant dehors dans le monde moderne. C’est un Abraham aux yeux fous, prêt à offrir un sacrifice humain au dieu Fungi vorace.

« Gaia » a été tourné par le directeur de la photographie Jorrie van der Walt, et les images ont une qualité tactile étrange, dense de détails et de texture : les épaisses cordes dures d’écorce d’arbre, l’écume verte de l’étang se déplaçant lentement, les spores de champignons flottant de façon inquiétante à travers le la noirceur, les petits champignons oranges sortant d’une branche, le cosmos tournoyant au-dessus des arbres. Il existe de nombreuses séquences de rêves, ou peut-être des hallucinations dues à toute la poussière de champignon qui flotte autour, et celles-ci sont terrifiantes et souvent belles : des champignons qui sortent du bras de Gabi, ses mains plongées dans une épaisse boue noire ; Barend fornique sauvagement avec un trou dans la terre; Gabi allongée nue au bord d’un étang cristallin, l’eau calme et immobile. Ces séquences sont très perturbantes.

Le « message » de « Gaia » est simple, et pourtant il est dit d’une manière qui complique et peut-être même obscurcit le message. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Ce qui reste vraiment, c’est l’image de tous ces champignons, se répandant autour des arbres, poussant leur chemin, cherchant aveuglément de plus en plus d’espace. C’est nous ou eux. Sylvia Plath a écrit un poème du point de vue d’un champignon. Ses lignes de clôture :

« Nous sommes doux,
Nous sommes comestibles,

Nudges et shovers
Malgré nous.
Notre espèce se multiplie :

Nous aurons le matin
Hériter de la terre.
Notre pied est dans la porte. »

★★★★★

A lire également