FOX’s HouseBroken Shows the Secret Life of Pets, But For Adults This Time | TV/Streaming

Actualités > FOX’s HouseBroken Shows the Secret Life of Pets, But For Adults This Time | TV/Streaming

Lisa Kudrow dirige un ensemble qui serait sans aucun doute plus amusant à voir dans une lecture sur scène que cette présentation plus littérale. Elle joue un caniche nommé Honey qui dirige des séances de groupe pour les animaux du quartier, alors qu’ils se rassemblent dans le salon du propriétaire de Honey et s’assoient, donnant à la série une chance de parler croisés et de plaisanteries. Un des plus gros problèmes de « HouseBroken », mis à part son manque de comédie surprenante, est qu’il peut être ennuyeux avec sa grande énergie, avec les amis qui respirent une blague après l’autre. Et puis en même temps, les intrigues ne sont pas assez étranges pour vraiment sortir de la bulle des prémisses générales, même s’il y a des séquences de rêve sporadiques (comme quand Honey rêve d’être un chien-sirène) ou des flashbacks aléatoires. L’intrigue est basée sur des parties légèrement amusantes de ces différents animaux de compagnie (comme l’ego d’un cochon sur le fait d’être le cochon prisé de George Clooney), et même la connexion émotionnelle devient un non-facteur.

Le casting de « HouseBroken » peut sembler drôle à l’extérieur: la co-créatrice Clea DuVall exprime un Corgi qui est le plus proche de la série d’un guerrier de la justice sociale; Nat Faxon joue un chef stupide de nom de St. Bernard; Tony Hale est un terrier nerveux nommé Diablo dont les propriétaires divorcent; Jason Mantzoukas est un chat crasseux nommé Lyle; Bresha Webb exprime un hamster violent nommé Nibbles; Sharon Hogan met ses talents de comique à un chat chic nommé Tabitha; Greta Lee exprime un poisson nommé Bubbles qui ne fait pas partie du groupe, mais comme elle le dit parmi les quatre épisodes fournis aux critiques, elle ne peut pas déplacer son bol. Ils essaient tous de donner de l’esprit à quelque chose qui sent de plus en plus comme un chèque de paie de doublage à gagner pendant une pandémie. Il devient presque encore plus frustrant de reconnaître les talents, ou de les voir sur la page IMDb (Sharon Hogan! Qui savait!), Et de voir comment ils sont retenus par une comédie aussi tiède. « HouseBroken » n’accepte même pas l’étrangeté totale dans la question de « Hé, et si Jason Mantzoukas était un chat excité? »

Ce qui est si décourageant dans la série, c’est à quel point elle est attendue et qu’elle ne soulève pas la barre qui commence délibérément bas. Peut-être en essayant d’être plus « réaliste » qu’un livre pour animaux de compagnie parlant comme « Chats et chiens: la vengeance de Kitty Galore », il se concentre principalement sur leurs problèmes domestiques et les piment rarement avec des arrière-plans, des actions ou des imaginations vraiment bizarres. Et comme ils s’assoient autour d’un groupe, il s’agit simplement de leurs crises internes, impliquant généralement des blagues fatiguées sur le fait d’être excitées, ou seules, ou de faire caca accidentellement sur le sol. Les blagues ont tendance à être fondées et prévisibles, en particulier lorsqu’elles indiquent à quel point le chien Chief est grossier et stupide, ou à quel point Tabitha est impertinente parce qu’elle est une chatte blanche et moelleuse avec un accent d’Europe de l’Est. Mais ils restent des animaux de compagnie, leurs histoires portent plus sur le comportement des animaux que sur quelque chose de relatable, et tout devient puissant et ringard. « HouseBroken » m’a fait manquer les peurs et les sentiments incroyablement humains de la nourriture parlante dans le film d’animation pour adultes grossièrement sous-estimé « Sausage Party ». Cela m’a également rendu triste pour les innombrables pilotes les plus enthousiastes qui sont sans abri parce que quelque chose comme « HouseBroken » prend de la place.

★★★★★

A lire également