homepage_coming-home-in-the-dark-movie-review-2021-9657868-1200093-jpeg

Coming Home in the Dark Avis critique du film (2021)

Actualités > Coming Home in the Dark Avis critique du film (2021)

L’histoire commence par un travelling lent à travers une autoroute désolée, révélant une voiture abandonnée sur le bord de la route, des effets personnels éparpillés, la portière du conducteur entrouverte. C’est un plan d’ouverture époustouflant, et il y a beaucoup d’autres moments comme celui-ci: beau, inquiétant, troublant, utilisant le paysage d’une manière à la fois menaçante / désolée et dotée d’une beauté d’un autre monde. Ashcroft – qui a co-écrit le scénario avec Eli Kent, à partir d’une nouvelle d’Owen Marshall – a ce don de David Cronenberg pour la précision glaciale et le contrôle tonal, où la réalisation du film remplit le spectateur d’effroi avant même que le générique ne soit terminé. Quelque chose d’horrible va se produire, probablement plus d’une fois, et vous devrez juste l’attendre.

La voiture appartient à une famille nucléaire en vacances. Le père, Hoaggie (Erik Thomson), est un homme blanc d’origine néerlandaise qui a longtemps travaillé comme enseignant et professeur. Sa femme Jill (Miriama McDowell) semble être autochtone, et leurs fils adolescents aux cheveux ébouriffés, Maika et Jordan (Billy et Frankie Partene), sont beaux, bavards et manifestement très proches l’un de l’autre et de leur mère (bien que l’un ait des problèmes avec son père). Les deux bourreaux de la famille, qui sortent de la brousse alors que la famille se détend après un pique-nique, font écho démographiquement à la famille : il y a un sadique blanc charismatique et bavard nommé Mandrake (Daniel Gillies), du nom du magicien ; et un indigène silencieux comme la pierre connu sous le nom de Tubs (Mathias Luafutu).

J’évoque l’aspect choc des cultures du casting non pas parce que le film en fait beaucoup, mais parce qu’il n’y parvient pas vraiment. C’est la plus grande opportunité manquée du film, qui a du style à brûler mais (hélas) un contrôle discutable sur le sens plus large de ce qu’il nous montre. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un simple cas de négligence et d’oubli ou si les cinéastes avaient peur d’y aller parce qu’ils ne voulaient pas trop compliquer la dynamique de tourmenteur/tourmenté (ou s’ils ont choisi le film différemment parce que c’est ce que sont les cinéastes devrait faire maintenant, sans s’arrêter pour réfléchir aux implications de ce casting). Les méchants ont un ordre du jour et sont prêts à déclencher quelques rebondissements narratifs avec une résonance arrachée aux gros titres. Mais leur motivation est finalement assez simple. Il est probablement préférable de laisser au spectateur le soin de comprendre exactement ce que je veux dire par là, car il s’agit d’un film rare où le simple fait d’en discuter revient à révéler sa raison d’être.

★★★★★

A lire également