Cliches Are Fair Game in Disney+’s Charming Big Shot | TV/Streaming

Actualités > Cliches Are Fair Game in Disney+’s Charming Big Shot | TV/Streaming

« Big Shot » possède ses clichés, comme quand Korn les fait pratiquer en utilisant des ballons invisibles, et même s’il veut prendre la culture PC comme point de départ faible. Prenez le premier épisode, qui commence par une pression sur des boutons induisant un coup d’œil, créant un affrontement évident entre les sensibilités de l’ancienne et de la nouvelle école, et la masculinité toxique contre la culture PC. Lorsque Marvyn Korn arrive pour la première fois dans le gymnase, il fait honte au joueur Destiny (Tiana Le), déclenche Olive (Monique Green) en soufflant fort sur un sifflet, et en général fait un cirque de ces tensions générationnelles. «Vous êtes habitué à être choyé, maintenant ne vous y habituez pas», leur déclare-t-il, déclenchant une guerre à laquelle il acquiesce rapidement. Il a bientôt donné une idée de la réalité, en partie de son entraîneur adjoint Holly (Jessalyn Gilsig), qui a également un drame personnel en dehors du terrain, y compris un mariage raté (et pourtant cela n’a pas fait d’elle un imbécile cristallisé comme Korn). Elle lui rappelle qu’il coache une équipe de «futurs PDG» et sait qu’au fond, il a peur.

Mais la série s’éloigne de cette tension pour le premier épisode, traçant une voie de manière à ce que Korn puisse embrasser la sensibilité significative de ses pairs, tout en restant un entraîneur de basket strict et efficace. « Big Shot » consiste davantage à se mettre sur la même longueur d’onde que de se battre, et cette concentration sur la promotion de ces relations, entre l’entraîneur et le joueur, et plus tard le père et la fille, devient un réconfort particulier parmi les nombreux mécanismes familiers de la série. Et en contournant la bataille PC, la série pittoresque montre qu’elle n’a pas besoin d’un conflit ouvert pour être charmante.

C’est assez drôle que sa plus grande star, Stamos, soit également le point de vente le plus faible de la série. Il n’apporte pas assez d’avantage à un personnage aussi cliché que nous apprenons qu’il a une histoire d’agression, de lancer des chaises et d’insulter les gens. Au même moment, ses moments plus doux de liaison avec ses joueurs en conflit, que le script semble embrasser avec plus de commodité, le font se sentir encore plus mou. Stamos ne joue pas le personnage comme s’il avait une boussole morale complexe pour lui, au lieu de cela, il zigzague à partir de moments d’amour doux et durs qui sont souvent complétés par ses plans de réaction constipés (vous ne pourrez pas l’ignorer). Korn est censé être un homme de pouvoir, même s’il acquiesce à l’atmosphère plus aimante de son lieu de travail, et pourtant Stamos a du mal à lui donner une certaine profondeur pour la plupart des trois épisodes.

★★★★★

A lire également