Candy Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Candy Avis critique du film & résumé du film (2022)

Profondément insatisfaites de l’ennui des banlieues du début des années 80, Candy et Betty ne réalisent pas tout ce qu’elles ont en commun. D’une part, ils ont tous les deux des maris qui ne touchent pas assez leurs femmes. Le mari de Candy, Pat (Timothy Simons de la célébrité « Veep ») est un gars assez gentil qui l’ignore fondamentalement lorsqu’elle essaie de devenir intime. Elle devient de plus en plus excitée par les romans d’amour et s’inspire de la deuxième chance de bonheur d’un ami après un divorce pour trouver une nouvelle étincelle dans sa vie. Elle décide essentiellement d’avoir une liaison de la même manière que certaines personnes font une liste d’épicerie. C’est une chose de plus qu’elle doit faire dans sa vie. Et la cible la plus facile est quelqu’un de son cercle d’amis, Allan Gore (Pablo Schreiber), le mari de Betty.

Betty a sans doute pire que Candy depuis le début. Allan est un mari éloigné, quelqu’un qui voyage ou l’ignore à la maison. Et lorsqu’elle adopte un enfant qui a de sérieux problèmes de colère, Allan n’intervient pas vraiment pour l’aider. Le toujours génial Schreiber capture habilement le genre de gars qui n’est pas aussi malveillant qu’inoffensif, le genre de personne qui ne se rend pas compte qu’il prend sa femme pour acquise jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Et la stellaire Lynskey exprime la dépression engourdissante de la banlieue d’une manière qui ne semble pas clichée. Elle fait tellement de choses avec juste un soupir ou un langage corporel vaincu. Il y a aussi une piste parallèle intéressante intégrée dans cette histoire par Veith et Antosca en ce sens que Betty voit essentiellement un nouvel enfant dans leur maison comme un moyen de rendre sa vie plus intéressante tandis que Candy choisit l’infidélité pour pimenter son ennui.

Quant à Bienne, elle a vraiment franchi un cap en termes de performances au cours des dernières années, faisant son meilleur travail de carrière sur l’excellent « The Sinner », et prouvant ici que ce n’était pas un hasard. Elle imprègne Candy d’une énergie nerveuse qui donne l’impression que le château de cartes parfait de cette femme a dû s’effondrer à un moment donné. La façon dont Candy traite sa liaison comme quelque chose d’autre sur sa liste de tâches de femme au foyer est fascinante. Faire les courses, aller chercher les enfants, coucher avec le mari d’une amie. Elle est encore meilleure dans les scènes après le meurtre ; elle étouffe son souffle, répète des phrases, hoche la tête d’une manière peu naturelle, elle a l’air d’une femme qui sait que les jours avant de se faire prendre raccourcissent. C’est une performance fantastique. « Candy » vaut le détour rien que pour son quatuor d’interprètes. (Et j’ai adoré une sorte de truc méta dans le casting des flics qui finissent par mener l’enquête qui ne semble pas publique et donc je ne gâcherai pas.)

★★★★★

A lire également