homepage_bruised-movie-review-2021-7353304-4705630-jpeg

Bruised Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Bruised Avis critique du film & résumé du film (2021)

Il est difficile d’appeler « Bruised » un projet passionnel. Généralement, lorsqu’un acteur choisit du matériel pour ses débuts en tant que réalisateur, il gravite autour d’un sujet personnel : il peut s’agir d’un souvenir d’enfance ou d’un livre de formation. Avec « Bruised », un projet initialement attaché à Nick Cassavetes, on ne voit jamais ce que Berry trouve fascinant dans le MMA. On n’apprend certes jamais rien sur l’entraînement, qui se réduit ici à un montage d’inspiration « Rocky ». Le script essaie de positionner Immaculate comme un méchant; il réserve Jackie comme nom, de la viande qui peut être jetée pour un salaire rapide. Mais ses motivations sont si opaques que vous ne savez jamais vraiment si ses machinations font toutes partie de ses jeux d’esprit galactiques ou sont malicieusement forgées. Lady Killer (Valentina Shevchenko), son adversaire, n’est présentée qu’au dernier quart du film, privant ainsi le combat final de tout drame.

Berry, à la fois acteur et réalisateur, brûle les bougies aux deux extrémités, laissant finalement les deux sphères dans le noir. Elle manque de chimie avec tout le monde : l’enfant ne se sent jamais comme son fils (même de loin), sa mère ne se sent jamais comme sa mère, ses intérêts amoureux sont du bois mort au sommet d’une flamme à peine perceptible. Berry exagère régulièrement. Tout comme, à l’exception d’Atim et d’un Stephen McKinley Henderson rarement utilisé, le reste de la distribution. La cinématographie du film de Frank G. DeMarco et Joshua Reis est un chant funèbre teinté d’orange, le genre d’éclairage trop sérieux sans aucun plaisir esthétique qui domine le cinéma moderne.

Le combat pour le titre entre Jackie et Lady Killer, le très long point culminant du film, est rendu pour le choc et la crainte. La caméra animée danse autour des combattants, plongeant les téléspectateurs au cœur de l’action. Mais « Bruised » commet ce qui est un péché capital pour tout drame sportif inspirant: il n’établit jamais ce pour quoi Jackie se bat. Peut-être son fils. Peut-être un minimum d’estime de soi. Peut-être par amour ? Nous ne savons pas. Ils sont tous apparemment sur la table, et en même temps, non, faisant de la rédemption plus un désir lointain qu’un objectif palpable. De même, le film de Berry ne montre pas une passion claire pour le sujet du MMA, rendant le sport avec un regard générique, ni un œil mesuré pour élaguer les intrigues secondaires copieuses. « Contusionné » laisse à peine une marque.

En salle limitée aujourd’hui et sur Netflix le 24 novembre.

★★★★★

A lire également