homepage_ciff-2158037-3711069-jpg

A PAvis critique of the 57th Chicago International Film Festival | Festivals & Awards

Actualités > A PAvis critique of the 57th Chicago International Film Festival | Festivals & Awards

Des documentaires sur des habitants notables sont également à l’origine de la section Black Perspectives de cette année, une barre latérale dédiée à la narration d’histoires noires du monde entier. « Oscar Micheaux, le super-héros du cinéma noir » raconte l’histoire fascinante de l’un des vrais, bien que méconnus, des pionniers du cinéma afro-américain, un homme qui a écrit, produit et réalisé plus de 44 films (notamment « Body and Soul » de 1925, qui présentait les débuts à l’écran de Paul Robeson) et a écrit six romans relatant l’expérience des Noirs avant sa mort en 195. Joe Winston’s « Coup de poing 9 pour Harold Washington » raconte avec des détails incroyables comment Washington a défié toutes les chances d’être élu premier maire noir de Chicago en 1983, et raconte comment il a combattu ses ennemis politiques pendant un règne qui a été écourté par sa mort prématurée en 1987, quelques mois après avoir été réélu. Un autre documentaire sur un Afro-Américain révolutionnaire est « Citoyen Ashe », qui retrace le légendaire champion de tennis Arthur Ashe alors qu’il est passé d’un athlète apolitique à quelqu’un de déterminé à utiliser son nom et sa renommée pour aider à opérer le changement social, une approche que de nombreux athlètes continuent d’utiliser à ce jour. Du côté plus léger des choses, « Plus ils tombent » est une saga occidentale à l’ancienne sur deux hors-la-loi – Nat Love (Jonathan Majors) et Rufus Buck (Idris Elba) – qui se préparent à une confrontation motivée par la vengeance après la libération de ce dernier de prison.

Out-Look est un autre volet de longue date du festival, conçu pour mettre en valeur des films reflétant la communauté LGBTQ+ mondiale. Cette année, le meilleur tirage du programme sera sans aucun doute « Maire Pete », Le regard de Jesse Moss sur la tentative de Pete Buttigieg en 2020 de devenir le premier président LGBTQ des États-Unis et la plus jeune personne à occuper un poste. Il y a des moments où le film commence à se rapprocher dangereusement de l’hagiographie et j’aurais pu vivre sans que Moss souligne le point culminant du film avec une goutte d’aiguille de « Perfect Day » de Lou Reed, mais quand il se concentre sur les rouages ​​de la campagne politique dans ce de nos jours, c’est indéniablement fascinant. Encore plus captivant est « Fuir, » Le mélange saisissant d’animation et de séquences d’archives de Jonas Poher Rasmussen qui raconte l’histoire d’Amin Nawabi, qui a fui Kaboul lorsqu’il était enfant au milieu des années 90 et s’est embarqué dans un voyage qui l’a conduit de la Russie au Danemark à la recherche d’un nouveau foyer et plus tard essaie de se réconcilier avec ses expériences avant de se lancer dans une nouvelle vie avec son futur mari. « Actes d’amour » est un hybride documentaire/fiction produit localement dans lequel le cinéaste Isidore Bethel, ébranlé par la fin d’une romance au Mexique, a l’idée de canaliser sa colère et sa tristesse en projetant des inconnus dans un film qui utilisera l’incident comme moyen d’explorer la nature des relations homosexuelles actuelles. (Sa mère, en revanche, est loin d’être ravie de l’idée du projet.) Du côté entièrement fictif, « Roue de la fortune et de la fantaisie » du réalisateur Ryusuke Hamaguchi (qui a également réalisé un autre film de la programmation de cette année, « Conduire ma voiture ») est une belle œuvre qui ressemble d’abord à une version unique de l’une de ces collections multi-films d’Eric Rohmer avant de prendre sa propre direction avec son triptyque de contes qui examinent les thèmes de l’amour, du hasard et de la coïncidence impliquant un trio de femmes très différentes.

« Roue de la fortune et de la fantaisie » a remporté l’Ours d’argent au Festival du film de Berlin de cette année et un certain nombre d’autres titres sont à l’affiche ici après avoir fait d’autres arrêts sur le circuit des festivals de cette année. L’un d’eux est « Bad Luck Banging ou Loony Porno, » qui a remporté le premier prix à Berlin et est peut-être le film le plus fou de toute la programmation – une comédie noire cinglante sur une institutrice obligée de répondre devant un tribunal de parents pour savoir si elle devrait être licenciée de son travail lorsqu’elle a filmé une sex tape avec elle mari apparaît accidentellement en ligne qui présente l’un des points culminants les plus inoubliables de la mémoire récente. Un autre titre de Berlin est « Fabian : Aller chez les chiens », L’adaptation tentaculaire, parfois inégale mais souvent convaincante de Dominik Graf du roman classique d’Erich Kästner relatant la vie à Berlin dans les années 1920, la période mouvementée suivant une guerre et menant à une autre. celle d’Eva Husson « La fête des Mères » raconte la rencontre finale subreptice entre la femme de ménage Jane (Odessa Young) et son amant secret, le privilégié Paul (Josh O’Connor), avant qu’il ne parte épouser une autre femme dans le but ultime de créer une version sexuée d’un marchand -Film en ivoire qui n’est animé que par la performance de Young. Un ajout tardif à la programmation du festival est « Événement, » L’adaptation par Audrey Diwan du roman d’Annie Ernaux relatant ses tentatives d’avortement illégal en France dans les années 60 qui fait ses débuts en Amérique du Nord après avoir remporté le premier prix à la Mostra de Venise. Et si le festival n’a pas pu acquérir la « Benedetta » déjà controversée de Paul Verhoeven, « Madeleine Collins », qui met également en vedette l’actrice française montante Virginie Efira. Ici, elle incarne une femme vivant en France avec son mari et ses deux fils adolescents et qui passe néanmoins plusieurs jours par semaine à vivre en Suisse avec un autre homme et sa jeune fille. De manière dramatique, l’histoire est parfois un peu discutable, mais Efira parvient à la sauver avec une performance forte et convaincante.

★★★★★

A lire également