A Love Song

Actualités > A Love Song

Bien qu’il n’ait pas d’effets CGI (ou de musique orchestrale émouvante d’ailleurs) pour signaler cela, « A Love Song », le premier long métrage de Max Walker-Silverman, se déroule dans un livre de contes américain. C’est-à-dire une Amérique dans laquelle la menace et la menace sont absentes, où les gens s’entendent d’une manière facile, réfléchie et pratiquement en mouvement. Situé dans le Colorado, au milieu d’un terrain de camping très peu peuplé et largement sere, il postule une vie de peu de moyens et de plaisirs simples, une vie qui révèle une nature profondément douce-amère au fil du temps.

On voit son personnage central, Faye, de dos pendant les premières minutes. Elle sort d’une modeste remorque attelée à une camionnette pour aller chercher un panier qui a pêché quelques écrevisses dans le lac voisin. Elle allume une vieille radio à transistors – logo Longines Symphonette toujours intact – et tourne le cadran. (Habituellement, un morceau d’Americana bien organisé émerge.) Dale Dickey, l’acteur vétéran qui joue le rôle, a un visage bien tracé qui parle d’années difficiles derrière lui.

Faye traverse sa journée avec patience, mais il est clair qu’elle attend quelqu’un ou quelque chose. Ouvrant un calendrier, elle ferme les yeux, tourne dessus avec un marqueur magique, et lorsqu’elle le pose à une date particulière, elle écrit dans son carré « Aujourd’hui ».

Peu après, une petite fille accompagnée d’un quart de vachers s’arrête et demande si Faye peut déplacer sa remorque. Il semble que le patriarche de sa famille soit enterré quelque part dans les environs, et ils aimeraient le déterrer et le réenterrer quelque part où la vue n’inclut pas une plate-forme pétrolière nouvellement installée, la seule tache visible sur le paysage. Faye dit poliment qu’elle attend un visiteur qui vient à cet endroit précis. Le groupe l’accepte et poursuit agréablement son chemin.

Faye accepte également une invitation à dîner d’un couple, interprété par Benja K. Thomas et Michelle Wilson, qui accueillent Faye dans leur camping voisin et la régalent de l’histoire de leurs fiançailles constamment reportées, qui devait être proposé à un couple de national il y a des parcs lors de leur road trip. Faye envie clairement l’alliance du couple.

Alors que Faye se prépare à prendre la route, « Aujourd’hui » arrive. En la personne de Lito, joué par Wes Studi. Il est à peu près aussi bavard que Faye, c’est-à-dire pas du tout. Néanmoins, leurs conversations chaleureuses mais laconiques remplissent des morceaux de leur histoire et révèlent que Faye a récemment été veuve. Lito et Faye remontent loin – ils se souviennent des aventures de l’école primaire – mais on ne sait pas s’ils ont jamais été amants. Cette nomination, apparemment, a été faite avec une entente peut-être tacite que la possibilité serait explorée.

Ils tombent dans un échange presque immédiatement confortable, en grande partie à travers la musique. Faye explique sa radio à Lito : où que vous tourniez le cadran, où que vous atterrissiez, elle jouera la chanson parfaite. Avec sa guitare électrique, Lito enseigne à Faye la chanson de Michael Hurley « Be Kind to Me », et les scènes suivantes dépeignent le couple vivant cette chanson, avec le chien calme et amical de Lito.

Et… c’est un peu ça. « A Love Song » est un film convivial à regarder. C’est bien photographié, édité discrètement, plein de vues merveilleuses et joué par quelques maîtres de la sous-estimation chaleureuse. L’une de ses dernières répliques est « Tout ira bien », et le film semble croire que cela peut être vrai, si nous avons les moyens de vivre une vie aussi simple que Lito et Faye. Je ne suis plus sûr d’y croire moi-même. Si je l’avais fait, j’aurais peut-être été plus ému par cette image tout à fait décente.

À l’affiche dans certains cinémas.

★★★★★

A lire également