5 films comme « MaXXXine » à voir prochainement : ce qui a inspiré le film slasher le plus en vogue de l'été

5 films comme « MaXXXine » à voir prochainement : ce qui a inspiré le film slasher le plus en vogue de l'été

De « Psycho » à « The Witch », le scénariste/réalisateur Ti West s'est inspiré de ces films pour son film d'horreur des années 80

Le film « MaXXXine » de Ti West a fait son entrée dans les salles obscures. Et le troisième film de la trilogie qui a commencé avec « X » en 2022 et s’est poursuivi avec le préquel « Pearl », est peut-être l’épisode le plus imprégné d’autres films. C’est un film où, lorsqu’un personnage menace Maxine (Mia Goth), la star du porno qui a survécu aux événements de « X » et qui, aujourd’hui, vers « MaXXXine », a du mal à percer dans le grand Hollywood de 1985, on lui envoie une coupure de journal avec le titre : « Le massacre des stars du porno du Texas », une référence directe à l’immortel « Texas Chain Saw Massacre » de Tobe Hooper.

Et ce n’est que le début des délices métatextuels qui rendent « MaXXXine » si spécial. Nous avons pensé parler de cinq des films qui ont fondamentalement inspiré « MaXXXine ».

Puisque nous allons parler des détails de l'intrigue, considérez ceci comme votre doux Attention spoiler avant d'y entrer.

«Psychose» (1960)

L'une des références les plus évidentes est celle au classique de 1960 d'Alfred Hitchcock, Psychose (à moins, bien sûr, que West soit un grand fan du remake plan par plan de Gus Van Sant de 1988). Deux scènes se déroulent dans la maison emblématique des Bates, à quelques pas du Bates Motel. Dans la première, la réalisatrice d'Elizabeth Debicki, Elizabeth Bender, emmène Maxine sur le plateau pour lui parler de leur prochain projet, The Puritan II. Alors que Bender parle à Maxine, celle-ci commence à voir Pearl, la vieille femme qui a tué la plupart de ses amis dans X (Goth a également joué Pearl, à la fois sous la forme d'une vieille femme et sous la forme d'une version plus jeune du personnage dans Pearl). C'est un moment merveilleux car Maxine pourrait aussi simplement imaginer la mère de Norman Bates, empaillée et coincée dans la fenêtre, ce qui lui donne une autre dimension délicieuse.

La deuxième séquence montre Labat, un détective privé moralement déchu interprété par Kevin Bacon, suivre Maxine dans les coulisses avant de se retrouver chez les Bates. Là encore, le film a une autre dimension, puisque Milton Arbogast, l'enquêteur privé interprété par Martin Balsam, a rencontré son destin dans cette maison. Heureusement pour Labat, il est retiré à la dernière minute, ce qui permet à Maxine (et à lui-même) de gagner du temps. Une grande partie de « MaXXXine » porte sur le pouvoir psychique d'Hollywood et sur la façon dont ce pouvoir peut être utilisé pour corrompre ; ces deux scènes soulignent magnifiquement ce thème.

« Ténèbres » (1982)

Ténèbres

Une grande partie du récit central de « MaXXXine » prend la forme d’un polar, avec un tueur mystérieux traquant Maxine et ses amis. (Les meurtres sont attribués par erreur au Night Stalker, un tueur en série réel qui a terrorisé Los Angeles en 1985.) Le meurtrier invisible, avec des gants noirs qui produisent ce bruit grinçant distinctif, est la marque de fabrique d’un sous-genre du cinéma d’horreur italien appelé jaune. Giallo est connu pour mettre en scène un tueur avec des gants noirs, de multiples meurtres et une approche expressionniste, presque opératique, des meurtres eux-mêmes. (Le nom « giallo » se traduit par « jaune » et fait référence aux romans de poche jaunis auxquels les films ressemblent.) Si vous deviez en choisir un jaune Pour accompagner « MaXXXine », nous opterions probablement pour le classique « Tenebrae » de Dario Argento. Il a une veine tout aussi ludique et méta, puisqu'il suit un auteur américain (Anthony Franciosa) à l'étranger, lorsque les meurtres commencent à ressembler étrangement à ceux de son dernier roman (également intitulé « Tenebrae »). C'est un tueur.

« Corps double » (1984)

Corps double

Les références à Brian De Palma sont nombreuses dans « MaXXXine », notamment dans l’utilisation de l’écran partagé et dans l’abondance de prises de vue en POV. Mais le film auquel De Palma ressemble le plus est « Body Double ». Non seulement les deux films explorent l’intersection entre le cinéma légitime et le monde du porno plus sordide, mais il y a aussi une scène cruciale sur une chanson de Frankie Goes to Hollywood de leur album emblématique de 1984 « Welcome to the Pleasuredome ». Dans « Body Double », c’était, bien sûr, « Relax ». Dans « MaXXXine », c’est « Welcome to the Pleasuredome ». Il y a aussi une grande séquence qui se déroule dans une maison dramatique d’Hollywood. (Pour être honnête, la maison de « MaXXXine » n’est pas à la hauteur de la Chemosphere, une maison moderniste de Los Angeles conçue par le célèbre architecte John Lautner, qui est très présente dans « Body Double ». Mais la maison de « MaXXXine » est quand même plutôt cool.) De plus, les deux films comportent des films dans les films, qui sont tous deux des films d’horreur à petit budget. Et avez-vous vraiment besoin d’une autre raison pour revoir « Body Double » ?

« 8 millions de façons de mourir » (1986)

8 millions de façons de mourir

Il s’agit d’une référence très spécifique, mais très importante pour « MaXXXine ». Dans « 8 millions de façons de mourir », le dernier film sous-estimé de Hal Ashby (il est décédé deux ans plus tard), il y a un méchant (joué par Andy Garcia) qui vit dans une maison de luxe reliée par un funiculaire. La complexité de la maison fait tellement ressortir à quel point Garcia est un méchant puissant – il faut prendre un véhicule spécial pour y accéder. C’est un élément emblématique et mémorable de « 8 millions de façons de mourir », qui explore de la même manière les bas-fonds de Los Angeles par ailleurs glamour (et dont le scénario est co-écrit par Oliver Stone et le regretté Robert Towne). On peut imaginer un West plus jeune regardant ce film et pensant à quel point c’était cool, finissant par mettre en scène un méchant qui a une maison accessible uniquement par funiculaire (appelée « gondole » dans « MaXXXine », ce qui n’est pas le cas). techniquement (c'est vrai mais ça fait passer le message). Et pour les fans de « 8 millions de façons de mourir », le simple fait de voir le véhicule a suffi à susciter une petite acclamation. Le film est diffusé sur Prime Video. Regardez-le si vous aimez les films qui déchirent.

« La Sorcière » (2015)

Anya Taylor-Joy La Sorcière

Le film sur lequel travaille Maxine est « The Puritan II », qui ressemble plus que de loin à « Pearl ». (Il y a un autre moment où Maxine voit un groupe de figurants habillés en soldats de la Première Guerre mondiale, un autre lien astucieux avec « Pearl ».) Mais le premier « Puritan », auquel font référence divers personnages et que Maxine regarde à un moment donné, est assez clairement une référence à « The Witch », le chef-d'œuvre de Robert Eggers de 2015. Ce qui rend la référence si amusante, c'est que « The Witch », comme « MaXXXine » (et le reste de la trilogie), est un film A24. Comme « The Witch », « The Puritan » met en scène une jeune femme (cette fois jouée par Lily Collins au lieu d'Anya Taylor-Joy) à l'époque puritaine, fascinée par des forces sinistres. Même l'image de Collins mordant dans une pomme remplie de sang semble vaguement « Witch ».

Publications similaires