Princess-Mononoke

L’auteur de Sandman a écrit l’un des meilleurs anime Ghibli de tous les temps

Actualités > L’auteur de Sandman a écrit l’un des meilleurs anime Ghibli de tous les temps

Neil Gaiman, auteur de classiques tels que Sandman, a également contribué à faire de l’un des plus grands films de Ghibli un succès pour une sortie en anglais.

Les films du Studio Ghibli sont devenus des classiques instantanés dans le monde entier, mais cela n’a pas toujours été le cas. Dans les années 1990, lorsque de nombreux anime ont été examinés pour la première fois par des sociétés étrangères, la princesse Mononoke a évité de justesse une traduction et un doublage décevants – un destin qu’elle a esquivé grâce en grande partie aux efforts du célèbre auteur Neil Gaiman.

Neil Gaiman est surtout connu dans le monde de la bande dessinée pour sa course sur Sandman, ainsi que dans des contextes plus larges avec des livres comme Dieux américains et ses œuvres qui ont été adaptées au cinéma, comme Coraline. Alors que beaucoup de ces œuvres étaient encore devant lui pendant le développement de Princess Mononoke, il n’était toujours pas exactement un choix standard pour présenter un film d’animation traduit au public américain. Alors, comment exactement Gaiman s’est-il impliqué dans la traduction de Princess Mononoke?

Ghibli et Disney avaient conclu un accord pour la localisation de leurs films aux États-Unis à l’avenir, la princesse Mononoke étant le premier film à sortir dans le cadre de cet accord. Cependant, il y avait encore des désaccords, car Disney et le distributeur Miramax voulaient apporter toutes sortes de modifications que les représentants de Ghibli n’aimaient pas. Gaiman a été choisi par Miramax pour écrire le scénario en anglais et a reçu une version traduite du japonais, ainsi qu’une version approximative du film sous-titré à étudier. On lui a également donné une liste de choses que Miyazaki ne voulait pas voir changer, comme le titre du film (qu’il ne voulait même pas qu’ils tentent de traduire). Malheureusement, la première réunion sur le film a suggéré que les dirigeants de Miramax ne comprenaient vraiment pas du tout le film.

Les contributions de Gaiman à la princesse Mononoké

Une critique courante des dirigeants de studio est qu’ils sous-estiment la capacité du public à comprendre, et c’était un problème majeur ici, certains affirmant que les téléspectateurs ne comprendraient pas comment Ashitaka était un prince puisqu’il était pauvre. Dans un mémoire du représentant américain du Studio Ghibli Steve Alpert, intitulé Sharing a House with the Never-Ending Man, il révèle que c’est Gaiman qui a pris position sur certains de ces points. Gaiman a pris la traduction directe et l’a réécrite, créant un dialogue plus naturel et capturant l’esprit des phrases japonaises qui ne se traduiraient tout simplement pas bien. Il était clair que Gaiman voulait respecter le travail original de Miyazaki, mais il était toujours obligé d’apporter quelques modifications à Miramax, ajoutant un dialogue supplémentaire pour expliquer les points de l’intrigue que les dirigeants refusaient de croire que les gens comprendraient. Ils ont même apporté des modifications après son brouillon sans le dire à Gaiman, mais heureusement, Ghibli avait négocié pour avoir le dernier mot sur l’approbation du script de doublage anglais de la princesse Mononoke. Le film qui en a résulté a été un succès critique, et bien qu’il n’ait pas bien marché au box-office (américain), d’excellentes ventes de vidéos à domicile ont prouvé qu’il y avait un marché pour les films de Miyazaki aux États-Unis.

Si quelqu’un d’autre avait été chargé d’écrire le scénario de la princesse Mononoke, il est probable que le film aurait été massacré en traduction, cédant à la pression des dirigeants. Le film n’étant pas un succès critique aurait même pu nuire à la réputation de Studio Ghibli aux États-Unis et avoir un impact sur les traductions de films ultérieures, donc Gaiman mérite certainement un certain crédit pour avoir apporté une version de Princess Mononoke au public américain qui déclencherait un amour pour les films de Miyazaki. parmi des millions.

★★★★★

A lire également